AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Antoine et Cecile5WebEn stage vocal avec Antoine Charlot, selon la méthode Souffle-Voix

Chanter à pleine voix et sans trac

 

En suivant la méthode dite Souffle-Voix, Antoine Charlot met en place chez le chanteur choriste ou soliste des mécanismes de maîtrise du souffle qui augmentent le volume sonore et élargissent l’ambitus de la voix. Avantages supplémentaires, ces mécanismes bloquent la montée du trac et contribuent à reconstruire une voix abîmée par un mauvais usage. Avantchoeur.com vous fait un compte-rendu du stage que nous avons suivi et pratiqué.

 

2 Jacky et Antoine main sur la poitrineWebMaîtriser le souffle. Antoine Charlot n’a pas inventé la méthode Souffle-Voix. Il l’a apprise en suivant les cours de l’ancien chanteur lyrique Serge Wilfart, lequel l’a créée pour restaurer sa voix meurtrie. Mais il l’a adaptée en la concentrant sur ce qui lui a paru essentiel pour donner les moyens au chanteur de contrôler en permanence sa voix afin qu’elle produise le son qu’il en attend : la maîtrise du souffle, un ancrage de l’effort musculaire dans la ceinture abdominale et l’acquisition d’une verticalité virtuelle, sinon physique, de l’appareil phonatoire. Aussi n’a-t-il besoin que de trois choses pour donner son cours : un clavier de 5 octaves pour couvrir l’ambitus des tessitures humaines, un tapis pour les élèves qui préfèrent travailler avec les pieds bien à plat et une affichette reprenant l’unique vocalise du stage : Yé, Yi, You, Ya. A partir de ces trois éléments, l’enseignant entraîne ses élèves dans une ascension vocale inexplorée jusqu’alors, intervenant régulièrement pour faciliter un processus, adapter la posture ou déverrouiller un blocage par une technique vocale classique. Dans ce processus, le travail en groupe constitue un soutien : « La présence et le regard des autres créent une dynamique de groupe qui canalise les énergies et facilite le travail, assure Antoine Charlot. Chaque conseil donné à l’un sert aux autres et le partage des sensations et des impressions favorisent la progression de chacun. Mais je n’ai pas de plan de travail préétabli car mes interventions dépendent des besoins et des points de blocage de chacun ».

 

3 Antoine et Noelle main leveeWebAu départ est la verticalité ou alignement du système phonatoire. En préambule à son travail vocal, le stagiaire doit d’abord trouver la verticalité qui ouvre au mieux son appareil phonatoire, depuis l’abdomen jusqu’à sa cavité buccale. C’est pourquoi Antoine Charlot fait d’abord pratiquer l’exercice debout, les pieds posés bien à plat au sol et le regard levé à la hauteur qui convient pour que l’ensemble du corps de l’élève se trouve étiré dans une verticalité idéale, symbolisée par une croix imaginaire formée par l’axe du corps et celui des épaules. Mais en réalité, cette verticalité correspond surtout à un alignement du système phonatoire. En étirant le corps vers le haut, celui-ci détend les épaules et favorise une inspiration ventrale naturelle. « La verticalité est intérieure, précise Antoine Charlot. Certains rôles, comme celui de Quasimodo dans Notre-Dame de Paris, se chantent courbé, mais cela n’empêche pas le chanteur d’instaurer une verticalité intérieure qui crée cet alignement du système phonatoire. Il appartient à chacun de maintenir cet alignement intérieur ». Qu’il soit mince ou fort, debout, allongé ou recroquevillé ou encore atteint comme moi d’une cambrure congénitale doublée d’une scoliose, l’élève produit un son qui trouve naturellement sa source dans l’effort musculaire abdominal et non pas dans le haut du corps ou, pire, dans la gorge.

 

10Antoine Charlot1 WebUn pédagogue qui applique ses leçons 

 

Chanteur lyrique toujours en activité, Antoine Charlot a suivi durant trois ans les enseignements de Serge Wilfart. Ayant développé sa propre méthode de travail, puis rejoint le collectif Vives Voix, qui réunit une vingtaine d’enseignants de la méthode Souffle-Voix disséminés dans le monde, il a constaté la spécificité de sa méthode, laquelle fait abstraction des postures qui sont originellement associées à la méthode Souffle-Voix. Antoine Charlot propose ses stages à Paris et à Nice. Les prochaines dates sont : 
- A Paris : les 17 et 18 décembre 2016; les 14 et 15 janvier 2017, les 11 et 12 février 2017; les 4 et 5 mars 2017; les 8 et 9 avril 2017.
- A Nice : les 28 et 29 janvier 2017; les 11 et 12 mars 2017
Antoine Charlot donne aussi des cours de chant qui s’appuient sur la technique vocale du Souffle-Voix. Plus d'infos sur: http://artduchant.fr/professeur-chant-paris-nice/ . MG

Une inspiration ventrale qui soulève le voile du palais. L’alignement vertical mis en place crée un puits d’aération que l’inspiration, effectuée depuis l’abdomen vers le haut de la gorge, élargit et étire à chaque nouvelle prise d’air. Dans cet exercice, l’espace abdominal fonctionne comme une pompe aspirante et expirante. Ce remplissage par le bas de l’espace aérien corporel soulève alors à chaque inspiration le voile du palais, augmentant ainsi spontanément l’espace buccal de l’élève. Le son qui jaillit de ses lèvres s’en trouve automatiquement amplifié et enrichi, sans que l’élève ait fait le moindre effort au niveau de la gorge. Dès le départ, la voix résonne au meilleur de ses capacités quel que soit le plan grave, médian ou aigu dans lequel elle se situe. Une autre conséquence se fait jour, ajoute Antoine Charlot : « Lorsque l’instrument vocal et ses résonateurs sont bien positionnés, le vibrato se manifeste naturellement. Le corps s’est réaligné, la voix a trouvé son axe et des espaces de résonance. Le son se met alors à tourner dans ces espaces et le vibrato naît spontanément. Cela signifie que les harmoniques de la voix sont bien maîtrisés. En cela, le vibrato est très positif ». Mais avant d’y parvenir, il faudra exercer longuement la voix avec la vocalise. Ajoutons aussi que l’effort, essentiellement abdominal, est intense et que la température corporelle de l’élève monte rapidement.

 

4 Chantal et AntoineWebUne vocalise unique. Pendant toute la durée du stage, c’est une seule et même vocalise qui est pratiquée, chantée par paliers de demi-tons d’abord du grave vers l’aigu, puis de l’aigu vers le grave. La répétition de cette vocalise installe le mécanisme d’inspiration et d’expiration ventral, ainsi que le système d’alignement des résonateurs et d’élévation du voile du palais. Elle étire aussi l’ambitus de la voix de l’élève sans effort musculaire glottique. Ainsi, alors qu’en baryton appliqué je flirtais au mieux jusque-là avec le sol bémol, j’ai atteint le La bémol dès la quatrième vocalise. Une performance que j’aurais pu pousser encore si l’idée seule ne m’avait inquiété, m’a assuré Antoine Charlot, qui ajoute : « Il faut pratiquer régulièrement pour progresser toujours. Cela maintient aussi le tonus musculaire et les acquis, car la méthode s’inscrit en profondeur dans le corps ».

 

6 Antoine et CécileWebUn travail à prolonger dans la durée. Pour Antoine Charlot, le chanteur doit d’ailleurs développer une conscience au quotidien de ce qui se passe dans son corps pour réactiver en permanence ses bons réflexes : « Il adoptera un regard intérieur pour contrôler son travail intérieur», affirme-t-il. A la question : « La méthode Souffle-Voix se pratique-t-elle avec un texte chanté ? », le formateur confirme que le chant est bien la finalité de cette méthode et qu’il donne des cours de chant en relation avec cette méthode. La méthode s’applique-t-elle aussi à des personnes dont la voix est altérée : « La méthode Souffle-Voix s’applique efficacement à des personnes souffrant de troubles vocaux récurrents, d’ailleurs souvent associés à des troubles respiratoires, et qui souhaitent trouver de meilleurs réflexes au quotidien, assure-t-il. Elle présente donc un aspect curatif naturel car la voix trouve sa vraie matière et son plein potentiel. C’est ce que viennent chercher les stagiaires qui me sollicitent sur le plan thérapeutique : une voix maîtrisée qui ne leur échappe pas, une tessiture qui leur convient, un chant juste ». Dans le même temps, la méthode Souffle-Voix apporte au chanteur un contrôle sur son trac : « Le trac naît du plexus, là où l’émotionnel s’active, explique Antoine Charlot. Il rompt la maîtrise du souffle en bloquant la respiration. Mais l’ancrage de la production du souffle dans la ceinture abdominale empêche cette installation du trac et maintient verrouillée l’émotion qui l’accompagne. Du coup, celle-ci ne submerge pas le chanteur et c’est lui qui la contrôle jusqu’à ce qu’elle s’efface ». Ajoutons que la première mesure une fois passée dans de bonnes conditions, l’angoisse qu’elle pouvait susciter disparaît d’elle-même.

 

7bis Dominique vocalisantWebProlongations personnelles. En dépit du fait que j’aie atteint le La Bémol en fin de stage, je n’ai ressenti aucune souffrance au niveau des cordes vocales. L’effort progressif a élevé sans peine l’ambitus de ma voix. Par ailleurs, alors que je ne recours pas régulièrement à la vocalise « Yé, Yi, You, Ya », le réflexe que j’ai conservé d’inspirer par le ventre depuis le bas installe automatiquement l’élévation du palais, avec les performances vocales qui en découlent. Je peux ainsi démarrer chaque chant avec un maximum d’effet dès la première note. Durant le chant, sur recommandation d’Antoine Charlot, je renonce à une inspiration totale pour pratiquer des inspirations partielles qui se rajoutent à la première, laquelle constitue un très utile approvisionnement de réserve. Ma voix, d’après les autres stagiaires, en devient « plus dynamique, plus intéressante, plus nuancée et plus belle ». Je confirme aussi, pour en avoir souffert en maintes occasions, que le trac ne me perturbe plus dès lors que j’instaure une respiration ventrale depuis le bas vers le haut. Le tonus instauré par l’inspiration bloque la montée du trac et le maintient sous contrôle durant le chant. C’est un vrai soulagement qui me sert même lors de prises de parole en public. De tout cela je conclus que, si la méthode Souffle-Voix ne fait pas de tout chanteur un artiste, elle fait de tout choriste un chanteur.
Michel Grinand


8 Christian vocalisantWebUn bilan très positif

 

En fin de stage, Antoine Charlot demanda aux stagiaires de donner leur impression sur le stage. Si les commentaires sont divers, ils insistent presque tous sur l’évolution vocale qu’ils ont constaté, tant chez eux que chez les autres :
- Cécile : « J’ai chanté sans appréhension des autres et avec grand plaisir. Ce stage a été très enrichissant ».
- Christian : « Je suis très content d’avoir participé à ce stage. J’ai pris conscience de nouvelles capacités vocales pour moi et les transformations auxquelles j’ai assisté durant le weekend ont toujours été surprenantes et géniales ».
- Renate : « J’ai découvert en moi tout un potentiel qui cherche à s’exprimer. J’en ressens beaucoup de plaisir ».
- Chantal : « La richesse du stage, du travail et des impressions exprimées par les autres stagiaires m’ont permis de vivre ce qu’ils ressentaient. Je suis donc très contente d’avoir participé ».
9 Alice et Antoine debout Web- Alice Darlix: « En valorisant l’ouverture physique, le stage nous amène à l’essentiel. J’ai senti que je progressais et j’ai aussi appris comment travailler par moi-même. En plus, je ressens plus de choses à travers ma voix lyrique qu’à travers ma voix d’avant le stage ».
- Dominique : « Antoine Charlot a le chic, la patience et le tact pour amener chacun à se dépasser, simplement à partir de la maîtrise du souffle et l’expression de quelques voyelles. Je pense que le chant va m’aider dans l’amélioration de mon élocution ».
- Jacky : « Antoine Charlot nous a aidé à dépasser nos limites. Après seulement quatre séances d’exercices, la progression vocale est énorme et même presque choquante ».
- Noëlle : « J’ai été étonnée que la méthode d’Antoine Charlot nous propose une seule démarche pour travailler. Mais le résultat s’est avéré impressionnant. Je suis ravie d’avoir découvert cette méthode que je ne connaissais pas ».

Propos recueillis par MG