AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Sacem Musicora 2016 WebOpération « Mise en œuvres »

La Sacem et Proarti soutiennent financièrement la création chorale

 

En partenariat avec la plateforme de financement participatif Proarti, la Sacem lance une campagne de soutien financier à la création d’œuvres chorales en faveur de ses membres et de leurs interprètes. Dépôt des propositions avant le 14 novembre 2016 sur le site Internet de Proarti.

 

Trois associés, la Sacem et un financement participatif. Un compositeur membre de la Sacem, un chœur amateur ou professionnel et accessoirement un pianiste ou un ensemble instrumental, telle est la configuration requise pour que la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique et la plateforme de financement participatif Proarti soutiennent la composition et la création d’une œuvre chorale nouvelle. Baptisée « Mise en Œuvres », l’opération se veut plus motrice que mécène : « Ses objectifs sont de contribuer au renouvellement de la musique contemporaine… en encourageant les interprètes à diversifier leur répertoire, de former les professionnels à la recherche de financements privés, de permettre aux projets musicaux de renforcer leur visibilité auprès du public et de permettre à celui-ci de s’engager dans la création contemporaine, écrit la Sacem dans sa présentation de Mise en Œuvres. Son action vise également à encourager les synergies dans la filière ».

 

2 Logo Mises en oeuvre WebLe calendrier de Mise en Œuvres :

- Date limite de candidature : Lundi 14 novembre 2016
- Ateliers de formation « Boîte à Outils » : 19 octobre et 3 novembre 2016
- Sélection des projets : mercredi 23 novembre 2016
- Formation des porteurs des projets sélectionnés : du jeudi 24 novembre au mardi 6 décembre 2016
- Lancement de la première collecte : mercredi 7 décembre 2016

Un projet mêlant création et diffusion. Concrètement, le chœur doit passer une commande d’œuvre chorale a cappella ou avec accompagnement à un compositeur membre de la Sacem et ne recevant pas déjà d’aide à la création. Ensemble, ils montent un dossier, téléchargeable sur le site Web de la plateforme de financement participatif Proarti, et dans lequel le compositeur s’engage à écrire une œuvre nouvelle dans un délai minimal de six mois, puis à aider à la promotion de sa création. Le chœur, lui, s’engage à rémunérer correctement le compositeur et à interpréter l’œuvre lors d’au moins quatre concerts. Les deux associés présentent alors le projet et l’estimation de son budget à la Commission de la Musique symphonique de la Sacem qui, comprenant des éditeurs et des compositeurs ayant écrit pour des orchestres et pour des chœurs, élit les œuvres qu’elle veut soutenir. La plateforme de financement participatif Proarti intervient alors pour former le porteur de projet du chœur à monter une page Web d’appel au public pour le financement participatif de la création et puis à mener sa campagne durant les trois mois de la collecte.

 

3bis Proarti Cécile Moroux et Quentin Mercier Web2Un soutien de 5000 euros. Lorsque tout est en place, la campagne de collecte est lancée sous l’égide de Proarti qui accumule les dons dans son espace bancaire. A ces dons s’ajoutent alors celui de la Sacem, échelonné selon des ratios précis : au démarrage de la collecte, la Sacem verse 20% de sa dotation totale,. Lorsque la collecte atteint 25% du budget, la Sacem rajoute 5%. Au-delà de 50%, la société verse encore 10%, puis 25% au-delà de 75% du budget et, enfin, les 40% restants lorsque le projet atteint le montant visé par la collecte. A noter que le don de la Sacem n’est effectif que si le financement participatif réussit et qu’il ne peut dépasser 50% du budget total ou 5000 euros. En revanche, les montants versés contribuent à atteindre l’objectif financier et, si celui-ci est dépassé, le don de la Sacem reste acquis au chœur. Attention, également, à prévoir dans le budget le montant de la commission de Proarti, laquelle s’élève à 8% du montant collecté, hors les dons de la Sacem.

 

4 composer notes WebCompositeurs français de musique chorale en activité (liste non exhaustive)

 

Compositeurs référencés à la Sacem :
Isabelle Aboulker - Nicolas Bacri - Michel Bosc - Edith Canat de Chizy - Régis Campo - Pascal Caumont - Philippe Chamouard - Pierre Chépélov - Pierre Cholley - John Cohen - Guillaume Connesson - Bruno Ducol - Thierry Escaich - Philippe Fénelon - Bruno Giner - Rémi Guillard - Philippe Hersant - Thomas Lacôte - Thierry Lancino - Frédéric Ledroit - Jean-Pierre Leguay - Philippe Leroux - Thierry Machuel - Philippe Manoury - Bruno Mantovani - Benoît Menut - Zad Moultaka - Alexandre Ozounoff - Vincent Paulet - Thierry Pécou - Jean-Louis Petit - Laurent Petitgirard - Jean-Paul Poletti - Bruno Régnier - Julien Reynaud - Jean-Christophe Rosaz - Baptiste Trotignon - Pascal Zavaro -

Compositeurs dont le référencement à la Sacem n'a pas été vérifié :
Norma Basso - Tanguy Dionis du Séjour - William Edery - Pierre Gadeau - Brice Legée - Michel Musseau - Robert Pascal - Guillaume Prieur - Nicolas Renaux - Frédéric Serrano - Bruno Siberchicot- Dominique Spagnolo - 

Donner du souffle au chant choral d’aujourd’hui. Dans cette opération, tous les acteurs sortent gagnants : le chœur et le compositeur apprennent non seulement à collaborer pour créer de la musique contemporaine, mais aussi à répéter à volonté cette démarche de financement participatif ; Proarti gagnent des clients ; le public découvre la musique chorale actuelle et apprend à se passionner pour ses envolées vocales ; enfin, la Sacem soutient ses membres actuels ou futurs, tout en se garantissant des collectes nouvelles de droits d’auteurs. Le montage est habile et aborde par l’incitation et la collaboration la reconnaissance du droit d’auteur, un sujet que la Société conduit d’ailleurs à l’échelle européenne. L’opération est aussi judicieuse à une époque où interprètes et publics se complaisent à ne chanter et n'écouter que la musique archi-courue du passé, sombrant ainsi dans une paresse intellectuelle qui ne peut mener qu’à l’ignorance. Alors que le Requiem de Mozart résonne chaque semaine dans une église de la région parisienne, l’ébouriffant Requiem d’Olivier Greif, œuvre magistrale et syncrétique déjà promise au rang de chef d’œuvre du 21e siècle, reste confiné dans les tiroirs. Il y a du non-sens dans cette attitude d’une société qui se prétend mélomane. On saluera donc l’initiative de la Sacem et de Proarti pour ce qu’elle est : un soutien certes orienté, mais un soutien intelligent et constructif.

 

Deuxième « Mise en Œuvres » en 2017. Les chœurs et les compositeurs candidats à l’opération ont jusqu’au 14 novembre 2016 pour déposer leur dossier auprès de Proarti, qui s’occupe de la partie technique de l’opération : http://www.proarti.fr/operation/mise-en-oeuvres ou en appelant Mathieu Davoust au 06 52 37 93 09. Ils pourront aussi se renseigner auprès de la Sacem : https://aide-aux-projets.sacem.fr/actualites/appels-a-candidature/mise-en-oeuvres--appel-a-candidatures . Que les retardataires se rassurent : la Sacem et Proarti ont d’ores et déjà prévu une seconde session de Mise en Œuvres au début de 2017, raison pour laquelle tout le monde peut s’inscrire aux Ateliers Boîte à Outils de Proarti pour apprendre à connaître le fonctionnement du financement participatif. Quant à nous, nous suivrons avec passion les œuvres à naître de ce mécénat d’un genre nouveau.
Michel Grinand