AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1-Latelier-de-Maud-Hamon-Loisance-foto-Gianni-Vecchiati--4 modifié-1Festival du Printemps 2015 de Feniarco, en Italie

Notes françaises de Maud Hamon Loisance et Imagine N'Dream à Montecatini

 

Pour les chorales scolaires italiennes, le Festival du Printemps de la fédération Feniarco est un événement majeur, d'autant plus en 2015 où le choeur français de Valence Imagine N'Dream a participé. Nous y avons aussi rencontré la coryphée française Maud Hamon Loisance, qui dirigeait l'atelier "Michelle,...ma belle!" et qui a évoqué pour Avantchoeur.com les bienfaits du chant choral pour les adolescents.

 

Un festival aux couleurs printanières. À Montecatini, station thermale réputée d'Italie, le Festival du Printemps organisé par la Fédération Nationale des associations chorales régionales italiennes (Feniarco), en collaboration avec l'Association des choeurs de la Toscane, a fait les beaux jours du mois d'avril. Du 9 au 11 avril (chorales scolaires primaires), et du 15 au 18 avril (écoles secondaires), 1500 jeunes des écoles primaires et secondaires d'Italie, 13 ateliers dirigés par d'excellents chefs de choeur, 160 chefs de choeur engagés dans des parcours d’approfondissement du projet Coro Lab ont animé la ville pendant deux longs week-ends. Les jeunes choristes participants, dont pour la première fois un choeur français de Valence: Imagine N'Dream, ont interprété quatre grands concerts choraux pour le public et cinq concerts choraux dans les écoles toscanes. Le nouveau Choeur national des jeunes Italiens: Coro giovanile italiano, qui est désormais dirigé par Gary Graden et Roberta Paraninfo a, lui, marqué ses débuts officiels avec deux concerts.

 

2-CGI-Montecatini-01 WebDévelopper le chant choral. Pour le chœur Imagine N'Dream, de l'Institution Notre Dame de Valence, le festival a été une expérience importante à de nombreux points de vue, comme nous l'a confirmé son chef de choeur Wilhelm Coillet-Matillon: "Grâce à nos échanges avec nos collègues italiens, nous avions entendu parler de ce festival, commentait-il. Ce qui nous a motivé à venir ici, c’était la volonté de développer le chant choral dans notre établissement. Un autre but important était aussi la rencontre avec une langue, une culture, une vision et une perception différentes. Ce qui s'est réalisé avec la rencontre avec un autre lycée, parce que nous sommes venus ici avec un lycée de Turin, rencontre qui a suscité beaucoup d'échanges avec d’autres étudiants. C'étaient les trois objectifs que nous nous étions fixés. L’experience a été très encourageante. À notre grande surprise, certains élèves qui montraient auparavant un certain désintérêt pour le chant choral se montrent maintenant beaucoup plus spontanés et plus intéressés à le pratiquer de façon volontaire".

 

3-Les-chefs-de-Coro-Lab-Web

La prime au professionnalisme. Le festival a fonctionné comme un laboratoire d'expériences artistiques et d'observation des bonnes pratiques d'enseignement. Durant deux semaines, le festival a réuni à Montecatini des maîtres de renommée internationale, qui ont démontré à plusieurs niveaux, de la direction artistique enseignée par Lorenzo Donati au travail dans les différents ateliers, comment le professionnalisme peut faire la différence dans le chant choral. Dans un temps très court, les différents groupes de plus d'une centaine de jeunes ont élaboré des programmes aux sujets et styles différents, depuis l'opéra jusqu'à la commémoration de la guerre, depuis la musique de Bach à la musique du monde, depuis Fauré jusqu'au jazz. Les chefs d'atelier ont été Anna Galterio, Maja Cilenšek, Mario Lanaro, Benedetta Nofri, Dario Piumatti, Laura Ricciotti, Silvana Noschese, Ennio Clari, Andrea D'Alpaos, Michele Napolitano, Carlo Pavese, Luigi Marzola, ainsi que la chef de choeur française Maud Hamon Loisance, qui a dirigé un atelier sur le thème des femmes dans la musique. Autant de talents et d'ingrédients qui ont fait le succès de ce traditionnel "Festival di Primavera".
Rossana Paliaga


4 Maud-1--foto-Andrea-Nunziata WebMaud Hamon Loisance, chef des ensembles Epsilon et Métaphores

"Un beau moment de musique et de plaisir partagé"

 

Familière du Festival de Printemps de la Feniarco, c'est en chef de l'atelier choral "Michelle... ma belle!" sur le thème des femmes dans la musique que Maud Hamon Loisance a participé en 2015. Un défi de plus pour la jeune chef de choeur française.

 

Avantchoeur.com: N'est-ce pas un défi de répéter un programme rendu complexe par les pratiques de body-percussion avec des choristes qui ne chantent que dans le cadre scolaire ?
Maud Hamon Loisance: Nous savons que les choristes ne sont pas tous des chanteurs possédant une formation musicale. Mais, en même temps, ce sont des chanteurs qui ont l’habitude de chanter ensemble, de pratiquer du répertoire et de répondre à la demande que je peux formuler. Ils sont aussi portés par l’enthousiasme, l’envie de se retrouver, d’être en groupe avec les amis. Donc, même si les choristes rencontrent des choses inhabituelles pour eux et sur lesquelles nous devons un peu plus insister, comme le changement des habitudes d'écoute et de ressenti de la pulsation du rythme, ils ont l’énergie de faire un projet ensemble. Donc, pour moi, cela ne fait pas forcément une difference énorme avec leur quotidien : ils ont l’envie, la volonté d’être ensemble et le bonheur de faire de la musique. Je crois que c’est le plus important.

 

5 Maud2-Latelier-de-Maud-Hamon-Loisance-foto-Gianni-Vecchiati--5 modifié-1ACC: Les chefs du laboratoire Coro Lab ont montré beaucoup d'intérêt pour vos méthodes d'échauffement. Quels en sont les principes ?
MHL: Pour moi, l’idée du corps qui chante est essentielle, surtout avec des adolescents qui vivent un de ces moments de la vie où il n'est pas facile d’être à l’aise avec son corps. Or, on sait à quel point il est indispensable pour pouvoir chanter de posséder un bon tonus corporel, de pouvoir engager le souffle et de trouver l’énergie qui fait que la voix va se developper sans tension, mais avec vigueur. C’est une chose sur laquelle je travaille beaucoup avec les adolescents, mais aussi avec les enfants plus petits. Pendant l'échauffement, j'utilise beaucoup d'éléments qui sont liés au théatre et au mime, à la voix parlée, aux jeux, à l’expression, au caractère. Cela évite qu'on se pose trop de questions ou qu'on se mette des barrières. Cela permet aussi de surmonter les complexes parce qu'on se sent à l’aise, que nous sommes entre nous. C’est aussi une manière pour moi de créer un contact avec eux et de les faire se sentir bien. En général, cela améliore beaucoup la qualité du son produit.

 

ACC: Un atelier de deux jours nécessite une gestion très rigoureuse du temps afin d'obtenir les résultats souhaités dans les délais impartis. N'est-ce pas trop court ?
MHL: C’est court et long en même temps. Cela fait quatre fois trois heures de répétition. Si l’on pense que, d'habitude, on ne dispose que d'une heure et demie de répétition par semaine, on réalise que cela équivaut à deux mois de travail. En même temps, le temps d'assimilation est très raccourci. Donc, il faut aller à l’essentiel, montrer aux adolescents qu’on leur fait confiance et développer le respect du travail en commun.

 

6 Maud-2--foto-Andrea-Nunziata modifié-1ACC: Vous connaissez bien le Festival du Printemps. Que pensez-vous de cette façon de célébrer la treizième édition?
MHL: Je suis aussi impressionnée que la première fois par l’organisation, par la manière dont les choses sont pensées et par les moyens qui sont déployés par Feniarco pour ces jeunes. On leur propose les meilleures conditions de travail. On se trouve vraiment dans un endroit qui est suffisamment petit pour que tout soit proche. De plus, il se dégage une énergie formidable grâce aux différentes personnes qui sont invitées, à la qualité des intervenants et au niveau d’exigence exigé de la part de jeunes lycéens qui n'ont pas l’habitude de faire beaucoup de musique. Tout est fait pour que ces adolescents passent un beau moment musical, dans une exigence de convivialité et de plaisir partagé.
Propos recueillis par Rossana Paliaga