AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Conférence Varna Web« Ars Choralis », 4e Symposium international de chant choral de Zagreb (31 mars- 02avril 2016)

De «l’art » choral à la «science chorale»

 

Loin de la tradition qui veut que l’art choral soit le fruit de l’expérience et du ressenti du chef de chœur, le 4e Symposium International de chant choral de Zagreb, qui s’est tenu du 31 mars au 2 avril 2016, a soutenu que la direction chorale doit se nourrir de sciences telles que l’acoustique, la physique, la physiologie, la psychologie ou l’ethnologie pour exceller. Un débat qui ne fait que débuter.

 

2 Henri Pompidor bras levésWebAvant le chœur, le chef. Aux quatre coins du globe, le chant choral fait l’objet d’un développement considérable et inédit. Multiforme, il se pratique dans les conservatoires de musique, les écoles, les universités, dans les lieux de culte ou dans le cadre d’activités culturelles gérées par des associations, qu’elles soient confessionnelles ou non. Même s’il joue un rôle social et éducatif indéniable pour transmettre des valeurs, créer et renforcer les liens dans des sociétés qui connaissent parfois une fragilisation du lien social, le chant choral se conçoit comme une pratique vocale fondée sur l’expérience, les connaissances et le charisme du chef de chœur. Figure centrale et pivot de la transmission, le chef de chœur a pour rôle d’accompagner les chanteurs dans leur travail vocal et de leur transmettre un savoir acquis tout au long de ses années de direction.

 

3ter Ayaka expressiveWebLa part du génie. Dans la plupart des cas, le savoir représenté par ce qui est désigné aujourd’hui sous l’appellation « d’art choral » est donc issu du travail empirique du chef de chœur. Sa pratique, y compris dans ses aspects les plus singuliers — qu’il s’agisse de la gestique, de l’interprétation, de la gestion proprement dite du chœur — est analysée et conceptualisée à partir d’une dimension subjective : le « ressenti » du chef de chœur. La diversité des situations et leurs spécificités culturelles enrichissent l’expérience du chef de chœur dans la conduite musicale et humaine du groupe choral. Il est intéressant de s’interroger sur la dimension inductive des pratiques chorales. Le chant choral devrait-il être réduit à une pratique musicale isolée des connaissances scientifiques ? Ne serait-il pas pertinent de puiser dans un corpus de savoirs plus objectifs ?

 

10 Remise de prix à Henri PompidorWeb avec Filipa La Branko StarkXXX et Johannes van der Sandt Allier la science à l’empirisme

 

L’art choral comme un art total. « La direction chorale basée sur des approches fondées sur un savoir expérientiel pourrait bénéficier considérablement de l’apport des sciences et des méthodes expérimentales — et être validée par elles, estime Henri Pompidor. L'enjeu n'est pas tant d'opposer « l'art » choral à la nouvelle « science » chorale, où le premier serait le fruit des traditions, de l'histoire et de pratiques expérientielles, tandis que la deuxième se nourrirait des apports de disciplines scientifiques comme la physique, l'acoustique, la physiologie, la médecine, la sociologie, la psychologie, etc., ou même de passer de l'un à l'autre — il conviendrait d'ailleurs de s’interroger sur les enjeux, en termes de légitimité et de crédibilité notamment, de ce glissement de l’art à la science. Il s’agit plutôt de revendiquer la nature résolument complexe, transverse et transdisciplinaire du chant choral comme objet ou champ de recherche. Car tout l'enjeu, justement, est d'articuler la complexité, afin de rassembler et de transmettre ces savoirs en tant que corpus sous des formes saisissables, appréhendables à tous les niveaux, ceux des choristes comme ceux des chefs de chœur ». 
HP

Le chef, homme-orchestre. De fait, le travail du chef de chœur ne peut se réduire aux connaissances fondées sur sa seule expérience. Il lui faut élargir ses apports et puiser dans d’autres disciplines pour mieux appréhender les dimensions musicales et humaines de son travail. Avec, à la clé, tout le bénéfice d’une approche scientifique des pratiques chorales, qui conférerait à l’art choral une dimension plus rationnelle. L’apport des sciences exactes et des sciences humaines à la musique a été fondamentale au cours du 20e siècle. Le fait musical — comme le fait vocal — peut s’analyser par une démarche scientifique dans tous ses aspects, notamment historiques et linguistiques. Élément constitutif de la musique, le chant choral est en passe de franchir cette étape méthodologique, pour proposer aux praticiens une véritable démarche de rationalisation des connaissances. C’est l’ensemble de ces connaissances rationnelles qu’il convient de comparer, de compléter et de diffuser, afin d’aboutir à la constitution de la « chorusologie » (chorusology), nouvelle discipline définie par Branko Stark dès l’ouverture du 1er Symposium de chant choral de Zagreb en 2010, champ transdisciplinaire situé à la croisée des travaux de la recherche scientifique sur les dimensions naturelles et culturelles de la voix collective. La « chorusologie » propose au monde choral une relation plus étroite entre les pratiques du chœur et les sciences.

 

9 Branko Stark 2 et Jaroslav SlaisWebCes sciences qui guident. L’art choral a vraiment besoin de connaissances scientifiques pour se développer, si l’on considère tous les domaines que la direction de chœur présuppose — acoustique, physiologie, médecine, histoire de la musique, musicologie, et de nombreuses autres sciences humaines. Lors du dernier symposium de chant choral « Ars Choralis » organisé par la Fédération croate de chant choral à Zagreb, du 31 mars au 2 avril dernier, chefs de chœur, professeurs d’université, médecins, physiciens, acousticiens, directeur d’école ont, par leurs interventions, apporté un éclairage plus objectif des pratiques chorales contemporaines, enrichissant un corpus de connaissances qui dépasse « l’art choral » et ouvre la voie à une analyse scientifique des pratiques chorales.

 

8 Nicolas Ospina2 WebEntendre, voir et dire. Ce quatrième symposium de Zagreb s’est ouvert sur des contributions relayant les derniers apports de la physiologie et de l’anatomie, notamment sur les caractéristiques de la voix et les conditions de son émission (Overtone singing, Anna-Maria Hefele, Allemagne), la respiration et la position du larynx (FlowBall, a new tool for practicing semi-occluded vocal tract gesture, Filipa La, Portugal), ainsi que les problèmes liés à son vieillissement (Aging of the vocal tract, Irena Hocevar, Slovénie), ou encore les interactions anatomiques de soutien vocal (A review of singing voice sub-system interactions, Christian Herb, Autriche). De nouveaux éclairages ont été apportés sur les conditions acoustiques de la voix chorale (Tuning considerations in capella choir singing, David Howard, Royaume-Uni), ainsi que sur l’émission vocale et la relation de bien-être qu’elle induit (Singing, brain and emotion – how do they connect, PerAke Lindestad).

 

4 Choeur du congrèsWebLe chant du cœur... Les dimensions physiologiques, anatomiques et acoustiques du chant choral n’ont pas occulté une autre dimension fondamentale, celle des sciences sociales et humaines. Nombreux furent les intervenants à rappeler les dimensions historiques et ethniques de la voix collective, avec, dans ce cadre, une lecture sociologique des pratiques chorales présentant la voix collective comme véhicule des valeurs et des normes propres à une société ou à un groupe (Choral singing and sociology: Sociology’s contribution to Art choral, Henri Pompidor, France). Le chant choral participe d’autant plus de ce champ social qu’il doit également être compris dans un contexte historique et analytique (Influence of the Gregorian chant in Duruflé’s music, Andrea Angelini, Italie). Cette double dimension sociale et historique s’est également retrouvée dans la présentation d’institutions d’éducation chorale existantes, notamment en Tchéquie (Boys choir of the Czech Republic, Jaroslav Slais, Tchéquie), en Afrique du Sud (Boys choir : do they still matter?, Johannes Van der Sandt, Afrique du Sud) ou encore en Inde (Music education in India, Anjana Abraham, Inde). Ces écoles trouvent leur raison d’être dans l’apport bénéfique du chant choral pour l’éducation musicale (Cooperation between the music school and the environment, Martina Prevejsek, Croatie), le développement de la coopération chorale et la création de réseaux (The European network for Professional Chamber Choir, Babette Greine, Pays-Bas).

 

6 choeur de garçon en Rep Tchèque Web… et le chant du corps. D’autres conférences ont eu pour objet l’analyse ethnologique et musicologique des pratiques vocales, avec notamment la présentation des répertoires nationaux de Croatie, le pays hôte (Techniques of the Croatian traditional singing, Bojan Pogrmilovic, Croatie), mais également de Malte (Music practice in Malta, Johen Galea, Malte), de Hongrie (The style of Gyorgy Orban, Katalin Kiss, Hongrie) ou encore de Russie (Russian contemporary choral performing and repertoire, Alexander Soloyev, Russie). Les participants ont pu découvrir des pratiques vocales spécifiques, comme celles des « clics » caractéristiques de la musique vocale sud-africaine (Click sounds in South African Languages, Anne-Marie Van Der Walt, Afrique du Sud). Des ateliers leur ont permis de participer à l’élaboration et à l’exécution de pièces de Gospel (Lift every Voice, Reginald Golden, États-Unis), de chants traditionnels sud-américains (Let’s sing music of Mexico and Latin America, Marco Antonio Ugalde, Mexique) et même d’extraits de comédies musicales américaines (How to sing American musicals?, David McShane, États-Unis).

 

7 Remise de Prix1Web à Anjana AbrahamDe nouvelles pistes chorales. En résumé, le quatrième symposium de Zagreb a su montrer l’importance de la recherche scientifique dans le développement des pratiques chorales. Les disciplines scientifiques, qu’elles proviennent des sciences exactes ou des sciences humaines, ont pu dialoguer et apporter un éclairage inédit sur le chant choral (The Learning conductor, Thomas Caplin, Norvège). Ces approches, qui ne remettent nullement en cause le caractère expérientiel de l’art choral et la pratique singulière des milliers de chefs de chœur de par le monde, visent à proposer un corpus objectif et complémentaire de connaissances sur lequel les chœurs peuvent s’appuyer pour progresser. C’est le vœu exprimé par Branko Stark et les participants qui invitent d’ores et déjà tous les autres acteurs du chant choral mondial à se retrouver à Zagreb en 2018 à l’occasion du 5ème Symposium international (cf. Choralis 2018).
Dr Henri Pompidor
Professeur agrégé hors classe
Chef de choeur & d'orchestre / Professeur au Conservatoire municipal de Paris (XIème Arrondissement)