AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Luc Dunand au pupitreWebCaptations sonores pour CD ou vidéo Internet

AudioCapture enregistre les chœurs en direct et en tous lieux 

 

Riche de ses vingt ans d’expérience dans le spectacle vivant, Luc Dunand, dirigeant de la société Audio Capture, enregistre les chœurs et les ensembles vocaux en concert et hors public en conditions studio, une solution rendue peu onéreuse grâce à la configuration flexible et mobile de son matériel. L’ingénieur du son peut aussi prendre en charge la production du disque.

 

 

Prise son dun choeurWebL’ingénieur du son qui aime les chœurs. Depuis vingt ans que Luc Dunand côtoie ensembles vocaux, chorales et chœurs de tous styles dans les spectacles vivants, il a pu créer sa société d’enregistrement Audio Capture car il connaît leurs besoins en terme d’enregistrements : « J’ai développé un système d’enregistrement live et en tous lieux : églises, auditoriums, salles des fêtes ou lieux extérieurs, explique-t-il. J’utilise des caisses roulantes et un gros boîtier de scène sur lequel tout mon matériel est déjà câblé. Quel que soit l’endroit, l’installation de la totalité de mon matériel ne me prend que 90 à 120 minutes ». Sur le plan de l’enregistrement, tout est également prévu : « J’utilise aussi peu de micros que possible, mais autant que nécessaire, et je peux en installer jusqu'à 64, poursuit-il. Tous ne sont pas obligatoirement exploités, mais cela fait gagner du temps à la prise du son et laisse plus de possibilités au mixage. En configuration chorale classique SATB, plus accompagnateur et solistes, j’emploie de 4 à 12 micros. En conditions minimalistes, je peux n'installer qu'un couple de micros traditionnels pour capter le son général. mais cela manque généralement de relief ».

 

3 Pose de Micros WebA chacun son micro. Si le chœur souhaite un enregistrement de meilleure qualité, Luc Dunand compense ce manque de relief en installant aussi un micro par pupitre pour densifier le son et rééquilibrer le son du chœur quand tous les choristes ne chantent pas ou que leur nombre par pupitre est déséquilibré : « Je fais des prises de son numériques, mais avec un matériel haut de gamme, précise-t-il. Je peux donc mélanger les sons et obtenir ainsi un son riche et équilibré. S’il y a des solistes, je mets en place des micros pour optimiser leurs voix. J'en installe également d'autres pour les musiciens. Grâce à un long câble, la régie peut être déportée jusqu'à 50 mètres, par exemple dans une autre pièce, pour que tout le monde soit à l'aise et qu'il n'y ait pas de bruit. Quand l’enregistrement s’effectue sans public et qu’on peut revenir dessus, je prévois aussi un retour au casque et un micro pour le chef de chœur afin qu’il réécoute immédiatement la captation et qu’on communique facilement. Idem s’il y a un directeur artistique ou pour les solistes et musiciens qui souhaitent enregistrer séparément. J’ajoute que, lorsque les concerts sont sonorisés, je peux récupérer le son des micros servant à la sonorisation de manière totalement transparente".

 

4 Test de microWebEnregistrements de secours. Bien sûr, un enregistrement en direct présente des inconvénients : « Il peut effectivement y avoir des bruits intempestifs, mais en ayant capté l’ambiance de la salle avec des micros, je peux généralement atténuer la zone du public ou certains instruments, assure-t-il. Mais il suffit souvent de prévenir le public que le concert est enregistré pour qu'il s'efforce de rester silencieux. Parfois aussi, une partie peut être loupée pendant le concert. Pour pallier ce problème, je propose souvent d'enregistrer les morceaux principaux avant le concert pour avoir une prise supplémentaire. Ainsi, au moment du mixage, je peux généralement remplacer ce moment par la prise antérieure ». Toutes ces précautions mettent les chœurs en confiance car ils peuvent alors se concentrer sur leur prestation, ce qu’attend précisément Luc Dunand : « La présence du public booste souvent les artistes, s’enthousiasme-t-il. Entre l’émotion et les échanges avec le public, les artistes dégagent souvent plus d’énergie tout en se fatiguant moins que lors d’un enregistrement en studio car c’est plus rapide. En plus, lors de l’enregistrement, je fais attention de préserver l’ambiance du lieu et de l’auditoire, car cela restitue la chorale de manière authentique, telle qu'on a l'habitude de l'entendre. C’est pourquoi je m’efforce de démocratiser l’enregistrement « Live », en concert », même si je propose aussi bien des enregistrements sans public, en configuration de studio".

 

5bis Travail de mixageWebDuplication, graphisme et pochette. Mais le travail de l’ingénieur ne se cantonne pas à la captation de la prestation du chœur : « Après la prise de son, j’effectue un travail rigoureux de mixage et de montage, d’autant plus s’il s’est agi d’un enregistrement hors public, poursuit-il. J'envoie l'ensemble de l'enregistrement au chef de choeur qui peut choisir ce qu'il veut conserver. je réécoute et réassemble les fichiers son avec les meilleures prises afin de constituer une interprétation idéale. Pour les captations en concert, je découpe les fichiers son par titres et efface les temps morts et les blancs entre les morceaux. Ensuite, c'est la phase du mixage: je retravaille le son en lui-même, afin qu'il soit équilibré, riche et harmonieux. Tout cela s'effectue sous le contrôle du chef de choeur, qui peut intervenir à tout moment du processus. Le résultat peut être mis sur un CD, sur Internet ou dans une vidéo. Pour le chœur qui a besoin d’un CD, je peux aussi intervenir comme assistant à la duplication pour des quantités de 50 à 2000 CD, tout en m’occupant des formalités auprès de la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique (SACEM/SDRM). Je peux aussi m’occuper de la création de sa pochette et de l'impression professionnelle du disque. Au-delà de 2000 CD, je recommande un éditeur ».

 

Reecoute2WebDeux sessions par jour en captation hors public. Mais tous les chœurs ne plébiscitent pas l’enregistrement en direct, en particulier s’ils veulent un album plus travaillé et s'ils disposent d’un auditorium, d’une église ou même d’un lieu extérieur pour enregistrer. A ceux-là, Luc Dunand propose une prestation comprenant une à plusieurs journées d’enregistrement et de post-production comprenant le montage et le mixage : « J’arrive sur place tôt, deux heures avant le chœur pour installer mon matériel, rapporte-t-il. Quand les choristes, le chef et les musiciens prévus sont là, je les laisse s’échauffer vocalement, puis je repère les bons chanteurs et teste la disposition des micros et des choristes. On fait alors une session d'enregistrement de 3 heures, la pause de midi, puis on attaque une seconde session d’enregistrement de 3 heures. Avec une à deux pauses de 15 minutes par session, plus le temps de réécoute de certains passages par le chef de chœur afin qu’il les vérifie, j’obtiens environ 2 heures de prises par session. Pour un album plus travaillé, je préconise une troisième session de 3 heures, voire une seconde journée ou plus, à plusieurs semaines d'intervalle selon le répertoire, l'instrumentation, le niveau du choeur et son exigence. Après cela, je passe au mixage et au montage ».

 

7 Luc Dunand trois quartsWebDes prix qui permettent des bénéfices. AudioCapture propose donc un service d’enregistrement « clé en mains » qui est de surcroît flexible. Les tarifs que proposent Luc Dunand pour sa prestation reflètent cette flexibilité : « Je n'ai pas de tarifs génériques car tous les choeurs sont différents et leurs besoins sont spécifiques. Ceux-ci dépendent des conditions d'enregistrement, du lieu, de la durée, du matériel nécessaire et du travail requis pour la réalisation de leur objectif. C'est pourquoi mes prix sont déterminés sur devis, après une étude personnalisée. A titre indicatif, les tarifs pour l'enregistrement seul d'un choeur en concert commencent à 490 euros. L’enregistrement tout compris de 100 CD en Live d'un choeur avec un pianiste, graphisme et Sacem inclus, coûte environ 1000 euros selon la localité, précise-t-il. Si le chœur vend tous ses CD à 10 euros l’unité, il rentre dans ses frais. Au-delà, il commence à faire un profit, jusqu'à plus de 15 000 euros pour 2000 CD. C’est l’avantage de l’enregistrement en direct et les chœurs n’ont donc aucune raison de s’en priver ». Luc Dunand intervient sur toute la France, même si son terrain de prédilection est l’Île de France. Il enregistre aussi bien des albums que des concerts et des festivals, en extérieur comme en salle. Et pour ses déplacements, s’il ne peut les inclure dans son prix, ses coûts restent raisonnables. Preuve qu'il a en lui l'esprit choral, Luc Dunand propose même d'être hébergé par des choristes pour éviter les frais d'hôtel et de restauration. Son contact: http://www.audiocapture.fr/
Michel Grinand