AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Guillaume Chalaron CD en mainWebRemasterisation, VinylizedCDsound

Guillaume Chalaron redonne un son analogique aux CD numériques des choeurs

 

Alors que le disque vinyle regagne sa clientèle pour son rendu sonore, l’ingénieur développeur et dirigeant de la société Audiomaster Developer Guillaume Chalaron redonne un son analogique aux enregistrements numériques des chœurs par l’enrichissement voix par voix des harmoniques. Son procédé RM s’applique aussi aux copies de CDs. Avantchoeur.com a testé et constaté l’amélioration.

 

Trop de CD décevants. Quel chœur ne rêve pas d’enregistrer sur un CD l’œuvre qu’il a longuement travaillée et donnée en concert ? Et quel chef de chœur n’a pas été frustré en entendant le résultat, souvent dur, sans affect et privé de toutes ces couleurs vocales qu’il percevait quand son chœur chantait ? La faute n’en revient pas toujours au preneur de son ou au chœur : le passage de la bande magnétique et de l’enregistrement analogique au CD numérique a simplement effacé tous ces particularismes qui font l’identité du chœur et la chaleur du rendu sonore : « Dans le CD, le son est coupé en pixels, puis reconstitué sans finesse parce que les ingénieurs du son répondent à la demande actuelle d’un son plus fort et, donc, simplifié, explique Guillaume Chalaron. Le CD propose alors un son compact, caractérisé par une convergence des sons et une étroitesse de l’image et de l’amplitude sonores. A l’inverse, le disque analogique dispose d’un spectre plus large et plus plat dans lequel le son est plus aéré, avec une amplitude sonore des voix ou des lignes instrumentales qui démarrent plus bas et montent plus haut que celles du CD ».

 

2 edited CD Demo Spectre WebReproduire les harmoniques manquantes. A ceci s’ajoute l’industrialisation du process qui, selon Guillaume Chalaron, dénature plus ou moins le son original : « La meilleure captation sonore est celle qu’on fait avec une bande magnétique, précise l’ingénieur. Mais même le transfert de cette captation sur un support commercialisable provoque une inévitable perte de qualité sonore. Ainsi, le passage de l’enregistrement au disque vinyle fait perdre 20% du contenu sonore d’origine. Le SACD, lui, perd 40% de la qualité sonore d’origine, d’après Jeremy Kipnis, fondateur des Studios Kipnis. Selon comme il est copié, le CD traditionnellement commercialisé ne présente plus que 35 à 50% du son original. Enfin, le MP3 ne rend que 32% du son originel ». Constatant cela, l’ingénieur a voulu revenir à un CD ayant au moins la qualité sonore d’un disque vinyle, sans le bruit de souffle : « A partir de l’enregistrement numérique ou analogique, ou même du CD d’origine, je sépare toutes les lignes sonores afin qu’aucun son ne soit masqué et qu’on puisse entendre tout le spectre, explique-t-il. Par un traitement purement numérique, je reconstitue alors les harmoniques manquantes. Après cette remasterisation, le son n’est plus coupé : les courbes sonores sont parfaites et continues, ce qui fait que le son devient plus clair, plus fluide et plus plein, avec une grande lisibilité sonore. La dynamique du son est supérieure à celle d’un « 33 tours » et on retrouve la chaleur analogique du concert. On obtient aussi un vrai son stéréo, avec une ouverture des timbres et une rapidité des messages sonores. Le son couvre toute l’étendue de l’audition humaine ».  

 

3 edited RM Demo Spectre WebUn plaisir d’écoute augmenté. De fait, on constate à l’écoute de pièces remasterisées qu’on entend davantage d’harmoniques, tant pour une voix seule, que pour un chœur, un instrument soliste ou un orchestre. Une fois remasterisé, un extrait de Night and Day, de Léo Ferré, remplace ainsi la voix impérieuse et cassante du chanteur par une voix moins dure et beaucoup plus nuancée. L’impression est assez choquante pour exiger de revenir au vinyle pour retrouver la version d’origine : mais là aussi, le poète-chanteur s’exprime d’une voix nuancée, davantage emplie d’émotion que de d’emphase. Force est de constater que la version en vinyle et la version remastérisée de Guillaume Chalaron concordent, alors que celle du CD apparaît désormais impropre. Autre exemple : là où une cantatrice slave avait dans le CD une expressivité cantonnée à la violence verbale, se dévoile avec la remasterisation une vocalité tout en nuances et legato dans laquelle l’esthétique de l’artiste devient évidente. Enfin, les chœurs captés depuis des CD maison ou du commerce gagnent en dynamique sonore et en qualité polyphonique avec la remasterisation. Dans un extrait d’une messe de Schubert chantée par un chœur amateur, les masses sonores deviennent plus nettes et distinctes. Le son n’est plus ramassé sur les médians : les basses descendent plus bas, les sopranes montent plus haut et les ténors et les altos ont leurs mesures de gloire. Si on entend davantage certains défauts des choristes, notamment dans les aigus que nous dissimulait le CD ou dans les départs, l’impact sonore du disque est plus fort sur l’auditeur, excitant ainsi son écoute. Un disque du commerce bien réalisé gagne encore en qualité sonore avec, en particulier, des contrepoints et des superpositions de voix plus nets. Dans tous les cas, le plaisir de l’écoute est largement augmenté.

 

5 Guillaume Chalaron posantWebComment profiter de cette remasterisation ? Pour Guillaume Chalaron, sa clientèle se trouve dans « le client qui veut retrouver la chaleur du concert ou la qualité du vinyle sans le bruit du vinyle ». Il insiste donc sur le fait que l’idéal, pour lui, est de pouvoir travailler sur l’enregistrement original. S’il est analogique, il recherchera la restitution exacte du son analogique dans le CD. S’il est numérique, il reconstituera les harmoniques qui peuvent manquer. Mais il peut reconstituer des harmoniques dans un CD finalisé amateur, sachant que cela ne compensera pas la médiocrité éventuelle de la captation : « Je peux seulement faire un bon CD à partir d’un mauvais CD ». C’est déjà beaucoup et nombre de chefs de chœur lui en sauraient gré. C’est pourquoi l’ingénieur classifie sa clientèle en trois catégories : «  Je peux travailler pour un studio qui veut produire des enregistrements de qualité, énumère-t-il. Il doit alors me contacter dès que sa maquette est prête. Je peux intervenir auprès d’un Label qui veut rééditer un disque ancien. La remasterisation préservera la qualité sonore. Je peux aussi intervenir sur le disque d’un chœur amateur ou professionnel qui souhaite faire de nombreuses copies. Le disque produit après remasterisation rendra mieux justice à la qualité du chœur ». Les tarifs d’intervention de l’ingénieur dépendent du client : « Pour les chœurs amateurs qui me fournissent un CD finalisé, je demande 50 euros TTC par plage retravaillée, précise-t-il. Pour les chœurs professionnels qui demandent un Mastering à partir du mixage réalisé par un ingénieur du son, je propose un forfait de 1000 euros TTC pour tout le CD ». Guillaume Chalaron est joignable par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et on trouvera des exemples de remasterisation par son procédé RM sont disponibles en écoute directe sur son site Internet www.vinylizedCDsound.com  . 

Michel Grinand