AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Choeur de chambre Pce2Calisto et Hymnis forment le Chœur de Chambre de Provence

Regroupement choral pour 7 Miserere à La Ciotat

 

Rencontre de choristes chevronnés. En s’associant pour former le Chœur de Chambre de Provence, l’ensemble vocal masculin Calisto, de Jean-Christophe Filliol, et l’ensemble féminin Hymnis, de Bénédicte Pereira, offriront au public de La Ciotat un concert exceptionnel sur les sept plus beaux Miserere baroques, le 18 novembre 2016, à 20h30, en l’église Notre-Dame de La Ciotat(13600). Un programme que seule l’association des deux ensembles a rendu possible puisqu’il comporte des pièces pour chœur mixte et des pièces pour chœur à voix égales, chacune d’elles exigeant en outre des choristes chevronnés pour les aborder. Les hommes de Calisto et les femmes d’Hymnis cumulant ensemble quinze ans d’expérience en polyphonie baroque, le Chœur de Provence pourra ainsi présenter dans la même soirée un florilège choral varié et passionnant sur les différentes façons de chanter a cappella le Miserere, depuis le Miserere à six voix mixtes de Jean Lhéritier (1480-1552) jusqu’au double canon pour quatre voix d’hommes de Henry Purcell (1659-1695). Le Chœur abordera aussi des pièces aussi emblématiques que le Psaume 50 pour dix voix mixtes de Hans Léo Hassler (1564-1612), les Miserere d’Ascanio Trombetti (1544-1590) pour six voix d’hommes et de Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621), pour quatre voix de femmes en canon, ainsi que le « Abbi di me, Signor », un Miserere en italien pour six voix mixtes de Giovanni Croce (1557-1609).
2 Gregorio Allegri WebLe Miserere interdit d’Allegri. Surtout, il donnera l’incomparable Miserere de Gregorio Allegri (1582-1652). Expression d’une piété atteignant à l’angélisme, ce Miserere avait tellement frappé les esprits de son époque que, afin de préserver ce trésor musical qui faisait la gloire de Rome, les Papes en avaient interdit la copie sous peine de mort. L’interdit ne disparut qu’avec la fin de la période baroque et après le passage à Rome de Mozart. A l’issue de la seule écoute à laquelle il fut convié, le divin Amadeus en recopia de mémoire la partition, prouvant ainsi que l’art baroque était devenu académique. La pièce est cependant demeurée un chef-d’œuvre et, en l’écoutant, les Ciotadens pourront remercier l’Association Arts et Musiques en Provence d’avoir organisé cette rencontre entre Calisto et Hymnis et d’avoir produit ce concert. Les places sont à réserver auprès de l’église Notre-Dame de La Ciotat au 07 60 69 59 34.
MG