AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 G Moczar et Sonja Greiner2WebEuropa Cantat et le Brexit

Le Brexit ne gâchera pas la fête chorale

 

Lamento sur une désunion européenne. Pour le monde choral, le Brexit est une rétrogradation temporelle contre laquelle l’Association chorale Européenne Europa Cantat et le Conseil européen de la musique (CEM) s’opposeront de toutes leurs voix : « Nous tenons à exprimer toute notre inquiétude au sujet des résultats du référendum sur le Brexit, écrivait récemment Sonja Greiner, Secrétaire Générale d’ECA- Europa Cantat. Depuis 1960, nous nous efforçons de rassembler et de sensibiliser les gens au fait qu'ils appartiennent en fin de compte à un continuum culturel européen commun. Nous n’abandonnerons jamais la lutte pour une Europe unie à travers son patrimoine culturel commun que représente le chant choral. Nous espérons que les Britanniques vont changer d’état d’esprit et quelles que soient les évolutions ces prochaines années, les acteurs de ce bastion de la culture vocale du chant choral continueront de participer à nos activités ! ». Et de publier force nouvelles d’activités chorales internationales auxquelles seule l’Union Européenne peut donner corps.
2 Conseil Européen de la Musique WebLe concert choral européen ne s’arrêtera pas. Dans la foulée, Europa Cantat diffuse le communiqué sur le référendum européen au Royaume-Uni qu’a publié Ian Smith, président du Conseil Européen de la Musique : « Je vous écris en tant que président du  (CEM) pour exprimer mon profond regret et ma tristesse au vu des résultats du référendum dans lequel le Royaume-Uni a voté pour quitter l'Union européenne avec une majorité étroite de 52% de votes contre 48% pour rester, déclarait ainsi Ian Smith. L'EMC reste au cœur de mes préoccupations et mes responsabilités en tant que président sont renforcées par ce vote regrettable. Je suis heureux de vous informer que l'Ecosse a voté avec une majorité de 62% pour rester dans l'UE, ce qui pourrait conduire non seulement à l'éclatement de l'Europe, mais aussi à l'éclatement du Royaume-Uni. Le vote majoritaire est venu presque entièrement d'une population anglaise qui craint l'immigration continue et qui souhaite garder le contrôle du Royaume-Uni, ce qui, à mon avis, est une priorité déplacée et cette population ne comprend pas que nous sommes plus forts ensemble. Sur le plan culturel et artistique c’est certainement le cas et c’est la raison pour laquelle le Conseil européen de la musique est fort et cette force vient de nos membres, de nos priorités partagées et d’une vision de la musique comme un langage universel qui ne connaît pas de barrières et où elle est pratiquée dans tous les genres, toutes les possibilités et au bénéfice de tous les peuples. Nous resterons engagés et ciblés sur notre Agenda européen et mondial et j'espère qu’il sera évident que ce qui vient de se passer au Royaume-Uni doit nous rendre tous vigilants et garantira que nous resterons tous unis à travers le langage commun de la musique qui est et reste notre passion ». 
MG