AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

MLT dirige Emeltheec Christophe CharpenelDe l’Ombre à la Lumière, par le Chœur Emelthée, 30 juin 2016, à Lyon

Redécouvrir les œuvres chorales du Symbolisme français

 

Résurgence de l’onirisme choral. Dans la continuité de sa redécouverte d’œuvres chorales méconnues de la musique française de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle, le chœur Emelthée, de Marie-Laure Teissèdre, donnera le jeudi 30 juin, à 20h30, au Temple du Change de Lyon, un concert évoquant les soirées concertantes et poétiques qui réunissaient les grands compositeurs français au temps du symbolisme. Fascinés par l’époque hellénistique et par les interrogations métaphysiques sur la mort, le bien et le mal, les mystères de la vie et la fatalité, les compositeurs français déployaient leur inspiration dans des pièces méditatives très éloignées des certitudes wagnériennes. En sont résultées des œuvres chorales comme « Aubade Athénienne », de Reynaldo Hahn, « Hymne védique », d’Ernest Chausson, la « Mort d’Orphée », de Léo Delibes, la scène lyrique « Pandore », de Gabriel Pierné, ou même les mélodies « Lydia » et « Les Roses d’Ispahan », de Gabriel Fauré, toutes peu chantées à cause de leurs nombreux mélismes et de leurs harmoniques très colorées ou complexes à mettre en scène par le nombre d’intervenants. C’est particulièrement le cas pour l’Aubade Athénienne de Hahn ou pour la scène lyrique « Pandore », de Gabriel Pierné, laquelle, aux côtés d’une soliste soprano et du chœur, fait intervenir un récitant.

Marie Laure Teissedre Webc Christiane GeninLe retour de Fernand de la Tombelle. Le concert, intitulé avec raison: « De l’Ombre à la lumière », s’inscrira donc sous le signe de la résurgence d’une sensibilité musicale onirique. Ce sera particulièrement le cas pour Fernand de la Tombelle (1854-1928), compositeur pédagogue et organiste qui a écrit beaucoup d’œuvres sacrées pour chœurs. Usant d’un langage musical sobre pour être accessible aux Maîtrises, le compositeur compensait cette simplicité par des accompagnements au piano ou à l’orgue rutilants de chromatismes surprenants. Le public aura un aperçu de son talent à l’écoute de son ode lyrique « Vers la Lumière », qu’Emelthée chantera pour la première fois. Mais ce ne sera pas la dernière, car Marie-Laure Teissèdre prévoit de poursuivre la réhabilitation chorale du compositeur. Fidèle aussi à son habitude d’entrecroiser les expressions artistiques, la chef de chœur émaillera le concert de lectures de lettres des compositeurs et des poèmes « Rimes Familières », de Camille Saint-Saëns, afin de restituer l’ambiance intime d’une soirée musicale à redécouvrir.
MG