AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

tournée réjouissances générale 02 webTournée chorale "Réjouissances" avec l’orchestre des Pléiades

Carton (presque) plein pour les trois concerts

 

La force de l’union. En s’associant au Chœur du Musée du Louvre et à l’ensemble vocal Revivisco pour leur tournée « Réjouissances », l’orchestre Les Pléiades et son chef Philippe Lerat ont une fois de plus gagné leur pari de réaliser des concerts rentables. La première soirée, le 9 avril 2016, à 20h30, à l’Eglise saint-Germain L’Auxerrois, à Paris, ainsi que le concert de Châteaudun, qui se déroulera le dimanche 17 avril à 17h00 dans l’église Saint-Valérien de Châteaudun (Eure-et-Loir), se joueront à guichets fermés. Quant au second concert parisien, le 15 avril à 21h00, à l’église Notre-Dame du Liban, au 17 rue d’Ulm (75005), il sera bientôt complet : « Sur le plan financier, l’opération est déjà une réussite car les choristes comme les instrumentistes ont fait marcher leurs réseaux de spectateurs et nous dépasserons les 1000 places vendues pour les trois soirées, rapporte Philippe Lerat. Cela prouve que, même avec de petites formations, on peut monter des programmes coûteux, incluant un pianiste comme Jean-François Bouvery, et en tirer un bénéfice à partager. En plus, la perspective de chanter devant des salles combles a motivé les chœurs pour progresser ».
Philippe Lerat dirigeantWebUn concert à énigme et surprises. Placé sous le signe des « Réjouissances », le programme promet autant de surprises que de bons moments. Débutant sur l’admirable concerto n°21, K467 en do majeur pour piano et orchestre, de Mozart, il se poursuivra avec « Zadok the Priest », de Händel, que les amateurs de football connaissent autant que les Britanniques puisqu’il est joué pour le couronnement des rois anglais comme pour les manifestations de l’UEFA. Suivra le Te Deum, du compositeur allemand Johann Gottlieb Naumann, œuvre méconnue sauf pour son thème principal que nombre de compositeurs, dont Mendelssohn et Wagner, ont copié. Philippe Lerat et son orchestre proposeront d’ailleurs au public de reconnaître ce thème lors d’une courte énigme musicale jouée en préambule. Enfin, la Fantaisie pour piano, chœur et orchestre en do mineur, opus 80, de Beethoven, apportera son lot de surprises. Démarrant comme une sonate pour piano, cette pièce prend des allures de concerto avant de revenir à un sextet pour bois et piano, puis finir sur le fameux chœur de la 9e symphonie, texte mis à part. Une œuvre hybride qui mettra en valeur le plaisir qu’auront les musiciens et les chœurs à jouer pour un public tout acquis à leur projet.
MG