AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

Mikrokosmos1Festival choral en Basse-Normandie

Polyfollia enterre en grande pompe chorale sa manifestation saint-loise

 

C’est confirmé. Polyfollia, le festival choral de Saint-Lô, disparaîtra en chansons le 26 octobre 2014, à l’issue d’une semaine de concerts choraux donnés par les meilleurs ensembles vocaux répertoriés dans le monde en 2012 et par 100 chœurs amateurs français. Le Requiem parodique « Fun et Raille » clôturera la manifestation qui attend plus de 35 000 spectateurs.

 

Voilà plusieurs mois que Jacques Vanherle, l’instigateur du festival choral de Polyfollia, l’avait annoncé. Le principal sponsor du festival lui ayant retiré son soutien financier, Polyfollia doit disparaître…, tout au moins de la scène saint-loise qu’il anime pourtant depuis 10 ans : « L’argent consacré à la culture est de plus en plus réduit et les élus font des choix, explique Jacques Vanherle. Ils préfèrent financer trois événements d’affilée autour d’une même star qu’un festival avec des inconnus. La vie culturelle se retrouve donc limitée à des pratiques commerciales autour d’une élite qui sert de la « soupe » à des spectateurs de moins en moins cultivés. La bonne musique world, jazz ou traditionnelle est ignorée et les autorités culturelles méprisent la polyphonie alors que 11% de la population mondiale chante dans des chœurs. Le chant choral n’a jamais été aussi florissant en France et dans le monde. De plus en plus de gens veulent s’engager dans la musique collective. Ils y trouvent le bonheur de la vibration commune et le plaisir de rencontrer d’autres personnes et de réaliser des choses créatives. Nous travaillons donc à sauver Polyfollia en trouvant une solution d’accueil ailleurs ». Le 24 octobre, lors d’une conférence de presse, Jacques Vanherle devrait dévoiler le nom de la nouvelle ville qui accueillera désormais la manifestation.

 

Jacques-Vanherle-2014-va-signer-le-clap-de-fin-de-polyfolliac2a00La polyphonie a un rôle social et même politique" affirme Jacques Vanherle 

 

MéliadesDes chœurs du monde entier. En attendant, Polyfollia enterrera sa manifestation saint-loise dans l’opulence : entre le 21 et le 26 octobre, plus de 35 000 spectateurs sont attendus pour assister à 41 concerts donnés par les meilleurs chœurs et ensembles vocaux répertoriés dans le monde en 2012 par l’équipe du comité artistique de Polyfollia. Dans la musique classique et contemporaine, le chœur Mikrokosmos et le quatuor féminin Méliades représenteront la France. L’Adelaïde Chamber Singers (Australie), le New Dublin Voices (Irlande) et le Hamilton Chamber Choir (Canada) donneront un aperçu des variantes du chant choral anglo-saxon à travers le monde, tandis que le chœur ukrainien Credo Chamber Choir apportera son pendant slave. Côté musiques du monde et traditionnelles, le chœur turc Bogaziçi Caz Korosu, le septuor vénézuélien Siete Palos et le quatuor féminin Tetra se chargeront des notes exotiques, tandis que les musiques pop et jazz seront portées au sommet par le quatuor féminin Niniwe et par le groupe vocal mixte Slix, tous deux venus d’Allemagne.

 

Niniwe2Des chants de 9h00 à 2h00 du matin. En même temps, 2300 choristes amateurs représentant 100 chœurs issus de 30 départements français, animeront les jours et les nuits de Saint Lô de 9h00 jusqu’à 2h00 du matin en se produisant au moins deux fois trente minutes dans les rues ou dans des sites dédiés. Le soir, ce sont les bars chantants : le Café de Saint-Lô, le Grand Balcon, le Bounty, le Goût Sauvage, le Central ou le QG, qui les accueilleront pour des « bœufs » et autres échanges vocaux. Dans la journée, les chefs de chœur professionnels se mettront au service des chefs et des choristes amateurs pour les former aux multiples facettes de l’art choral. Dans cette grande scène chorale que sera devenue Saint-Lô, Polyfollia méritera aussi son titre de « Marché international du chant choral ». Venus de 27 pays différents, des directeurs et programmateurs de festivals, des têtes de réseaux choraux et des médias culturels viendront écouter et trouver les ensembles vocaux qui feront la qualité et la diversité de leurs prochaines manifestations ou de leurs communications. L’édition 2014 de Polyfollia ne se terminera cependant pas sans la note d’humour qui dédramatisera la fin du Pollyfolia saint-lois. Créé pour l’occasion, un Requiem parodique baptisé « Fun et Raille » viendra remotiver les choristes avec son humour et faire un pied de nez au destin qui a cru le faire disparaître, alors qu’il renaîtra simplement ailleurs.
Michel Grinand