AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

Aedes-2014-Jean-Pierre-Hakimian--lightreaver67ème Festival de Musique de Besançon

Des voix d'anges du Choeur Aedes aux Voix de l'Âme de Sequenza 9.3

 

Semaine chorale au Festival de Musique de Besançon, du 14 au 19 septembre 2014. Outre le Chœur de la Radio d’Allemagne centrale de Leipzig, qui interviendra le 18 pour le final de la Neuvième symphonie de Beethoven, le chant choral sera roi avec le Chœur Aedes et l‘ensemble vocal Sequenza 9.3.

 

Lumière et compassion nimberont le Festival de Musique de Besançon du 14 au 19 septembre. Sous la direction de Mathieu Romano, le Chœur Aedes interprétera avec humanité le Requiem de Gabriel Fauré, en version chantée à l’italienne avec accompagnement d’orgue : « La transcription pour orgue, que jouera Louis-Noël Bastion de Camboulas, correspond à mon souhait d’une interprétation simple et proche du texte qui fera ressortir l’humanité de l’homme qu’était Fauré, malgré sa réputation de non croyant, confie Mathieu Romano. Et j’ai choisi la prononciation italienne plutôt que la gallicane car elle est plus douce. Elle amplifie aussi le caractère lumineux du Requiem, caractère que j’ai voulu renforcer en proposant une première partie de concert consacrée à des motets a capella modernes dédiés à la Lumière divine et appelant des voix lumineuses. C’est le « Ad majoram Dei Gloriam » de Benjamin Britten, le « Playsongs for Peace and Light » de Jonathan Harvey, le « Lux Aeterna » de Györgi Ligeti et le « Lux Aurumque » d’Eric Whitacre ». Le Chœur Aedes chantera ce programme le 14 septembre à 17h00 à l’Abbaye de Baumes les Messieurs et le 15 à 20h00, dans la Cathédrale Saint-Jean de Besançon. En octobre prochain, il reprendra ce programme à Compiègne avant d’enregistrer les motets pour un disque à paraître en 2015.

 

ensemble sequenza 9La plainte du chant. Plus introspectif est le programme Les Voix de l’Âme que proposera Sequenza 9.3 le 18 septembre à Salins-les-Bains, dans la salle Notre-Dame à 20h30, et le 19 septembre, toujours à 20h30, dans la Basilique de Luxeuil-les-Bains. Mais quel programme ! Accompagné d’Henri Demarquette, qui fera s’exprimer toute l’âme de son violoncelle, Sequenza 9.3 interprétera des œuvres « mettant en vibration deux instruments à cordes, le violoncelle et la voix humaine… dans la continuité historique de notre patrimoine jusqu’à notre époque », explique Catherine Simonpietri, chef du chœur. L’amour, la nostalgie et la peine, tels que les ont exprimés des anciens comme Purcell avec « When I am Laid », tiré de Didon et Enée, Allegri avec son « Miserere » ou Morales avec sa Missa Mille Regretz, côtoieront les émotions contemporaines. Le public soupirera aux « Îles lointaines », extraites du poème symphonique « Athanor » de Guillaume Connesson, et aux « Métamorphoses » de Philippe Hersant. Surtout, il frissonnera à l’écoute de la pathétique prière à la Vierge Marie « Maman, ne pleure surtout pas… », laissée comme épitaphe en 1944 sur le mur de sa prison nazie par la jeune Helena Wanda Blazusiakowna. Originellement mise en musique pour orchestre par Henryk Gorecki dans le 2ème mouvement de sa 3ème symphonie dite des « Chants plaintifs », la prière de la jeune disparue sera cette fois confiée au violoncelle, le chœur prenant sur lui toute la compassion tendre de l’orchestre. Il est certain que les âmes sensibles du public rejoindront dans l’émotion les âmes plaintives du chœur et de l’instrument. Après cette semaine vocale, Sequenza 9.3 se produira au Festival « Ombres et Lumières » de Clairvaux, le 27 septembre et à Bagneux (92) le 28, mais dans d’autres programmes.
Michel Grinand