AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Pierre-Calmelet-dirigeant-Madrigal-de-Paris-Web10 de Chœurs, 8èmes Rencontres Chorales de Paris

Une programmation « guidée par la chair de poule », affirme Jean-Marie Guezala

 

Du 21 au 29 mars 2015, le 10ème arrondissement a résonné aux voix des 18 chœurs réunis pour les 8èmes Rencontres Chorales de Paris ou « 10 de Chœurs ». Des chœurs choisis pour leur impact sur le public, mais aussi pour leur exemplarité, déclarait Jean-Marie Guezala, Directeur à l'association CRL10 du 10e arrondissement et programmateur du festival et de Voix sur Berges.

 

Des styles et des répertoires variés. Ce sont finalement 18 chœurs qui ont fait le succès public du festival choral « 10 de Chœurs » des 8èmes Rencontres Chorales de Paris, fin mars 2015. De l’humour aux airs Renaissance, en passant par le swing, les airs russes et les polyphonies corses et caribéennes, la diversité chorale a prévalu tout au long de ce « 10 de Chœurs » au cours duquel se sont croisés les chœurs Fiat Cantus, Les Voisinx, Variatio, Stella Maris, Arthémys, System 20+, Madrigal de Paris, Opus 21, chœur de chambre de l’Académie de Musique de Paris et chœur Philharmonique du Chœur et Orchestre des Grandes Ecoles. Laeta Voce, Schoublak et Inside Voices Paris représentèrent les ensembles vocaux, tandis que Soulmates, A Stonda et Las que cantan firent valoir les talents des ensembles féminins ou masculins et Aposiopée et Les Polysons ceux des enfants.

 

Jean-Marie-Guezala Web-2Des chœurs soigneusement sélectionnés. Un éclectisme voulu et apprécié : « Le festival 10 de chœurs se veut le pendant des « Voix sur Berges », festival qui se déroule en juin et qui réunit en un jour jusqu’à 150 chœurs et 5000 choristes parce que nous acceptons tout le monde, expliquait Jean-Marie Guezala, chef du chœur basque masculin Anaiki, Directeur à l'association CRL10 du 10e arrondissement et programmateur du festival et de Voix sur Berges. Avec « 10 de Chœurs », nous nous adressons surtout aux chefs de chœurs et aux choristes qui viennent échanger et écouter ce que font les autres dans des lieux aux qualités acoustiques adaptées aux chœurs. Aussi, dans le choix des chœurs qui interviennent dans ces Rencontres Chorales de Paris, ce qui me guide, c’est la chair de poule que je ressens à les écouter. C’est pourquoi, sur les 60 formations candidates, les professeurs de musique de l’espace Jemappes et moi-même avons retenu 18 chœurs pour leurs qualités techniques vocales, leur répertoire et leur présentation. Cela nous a permis de proposer au public neuf concerts de qualité au cours desquels les chœurs Aposiopée, le Chœur de Chambre des Grandes Ecoles, Arthémys, A Stonda et Las que Cantan m’ont particulièrement ému ».

 

A Stonda

Le Madrigal de Paris toujours au sommet. Privilège des grands, c’est l’ensemble vocal du Madrigal de Paris, que dirige Pierre Calmelet, qui a eu l’honneur de clôturer le festival avec un récital Renaissance de grande classe. Emission parfaite et savamment dosée des voix, rythmes légers mais impeccables et clarté des textes ont donné la possibilité au public de goûter la magistrale science chorale des compositeurs du 16e siècle, époque troublée dans laquelle la rareté des instruments ou l’impossibilité de réunir des orchestres les avait poussés à confier à la voix la représentation et la valorisation des musiques concertantes. Le Chant des Oiseaux, de Clément Janequin, repris en bis pour le plus grand plaisir du public, semble en témoigner : les trilles, les pépiements qui remplacent la voix sonnaient comme les instruments que les compositeurs d’aujourd’hui auraient convoqués pour la même fonction. Cerise sur le gâteau, le Madrigal de Paris était assisté d’un quatuor à flûtes et de la soprane soliste Anne Delafosse, lesquels ont apporté leur nuances à ce magnifique concert final.
Michel Grinand