AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 poesie et bullesLe Raboteur de Nuages en concert

Chœur en Scène et Gabriel Sivak enchantent la poésie de Gilles de Obaldia

 

Prenant à son compte ce manifeste pour la poésie qu’est le Raboteur de Nuages, de Gilles de Obaldia, Chœur en Scène a commandé au compositeur Gabriel Sivak et au metteur en scène Benoît Richter un spectacle choral à la fois musical et poétique, où la drôlerie se mêle à la philosophie pour affirmer qu’il existe toujours un monde en-deçà de la technologie. 

 

2 le raboteur de nuages editions lharmattanLa poésie pour la vie. Ensembles vocaux dédiés à la théâtralisation par Emmanuèle Dubost, Chœur en Scène et son alter ego amateur ThéâChoeur ont trouvé dans le recueil de poèmes Le Raboteur de Nuages, de Gilles de Obaldia, édité par L’Harmattan, un manifeste pour la permanence de l’esprit poétique dans notre société matérialiste et technologique. Spectateur de ce monde agité et « chosifié », Gilles de Obaldia avoue ainsi renoncer aux mirages technologiques et matériels, non par esprit polémique, mais parce que « Le monde continue ici / il rebondit partout / dans sa cage et hors de sa cage », tandis que « Les sans visages avancent en cortège, /A la recherche d’une éternité matérielle, /Happés par la pâleur d’une étoile agonisante ». Dans ce contexte, il accepte sa différence : « Traverse ton ombre en la saluant / et ose l’œuvre de ta vie » pour « déterrer un providentiel clair de terre ». Il invite aussi chacun à faire de même afin de redonner un sens à l’humanité : « Libérez les captifs attachés aux douleurs / confortables, aux célérités accoutumantes ! » car « … qui d’autre que vous-même peut aller / au fond de l’être libérer le captif / pour toucher l’humain en son essence ?... Et ainsi créer une paix durable à partager / avec les proches et les lointains ? ».

3 gabriel sivakOndes Martenot, harpe et Rap. Une telle profession de foi colorée, subversive et décalée a ouvert de merveilleuses perspectives musicales au compositeur Gabriel Sivak. Ayant intuitivement choisi une vingtaine de poèmes, le compositeur a orchestré un florilège choral valorisant l’onirisme et la poésie. Raison pour laquelle il a convaincu sa commanditaire : Emmanuèle Dubost, d’associer la harpe et les ondes Martenot au chœur, aux solistes et au récitants : « Elève d’Olivier Messiaen et de Tristan Murail, j’ai comme eux le goût des ondes Martenot, rapporte-t-il. De plus, les ondes s’associent très bien à la harpe pour créer un univers à la fois hédonique et onirique ». De fait, la musique postimpressionniste du Raboteur se veut aussi aérienne et rêveuse que les textes du poète, en particulier à l’occasion d’un duo harpe (Florence Bourdon) et ondes (Nadia Ratsimandresy) de toute beauté. Pour autant, le compositeur n’a pas hésité à jouer le jeu de la subversion en incluant dans sa partition des airs de valse et de Rap, ainsi qu’une pièce orientalisante: « Dans mes compositions, je défends toujours une idée post-moderne de la musique et je me permets d’écrire sans m’autocensurer, explique Gabriel Sivak. Je recherche alors des timbres nouveaux qui naissent du croisement de matériaux très classiques avec de la musique pop, du Rap ou de la valse ».

 

4 ondes harpe et choeur

Un spectacle total. Du côté des choristes, la poésie de Gilles de Obaldia a aussi offert un superbe exercice poétique et théâtral aux chanteurs comédiens d’Emmanuèle Dubost. Avec la conviction et la douce folie qu’on imagine convenir à tout raboteur de nuages, ils ont chanté en chœur ou en solo, récité ou soufflé dans des verres d’eau avec des pailles pour créer des bouillonnements aquatiques ou « zonzonné » avec ardeur comme des abeilles. On saluera en particulier la prestation de Gilles de Obaldia lui-même, membre de ThéâChœur, et de Lionel Gontier, toujours fin et pertinent dans ses prestations scéniques. Conçue par Benoît Richter, la mise en espace a idéalement valorisé le décor de kakémonos et les tableaux peints par Jean-José Baranès, tandis que les lumières créées par Jean-Christophe Garcia et Jean-Michel Wartner ajoutaient à l’ambiance lunaire.

 

5 jj baranes devant ses toilesNouvelle collaboration autour d’un disque. Outre sa direction fluide et discrète, il faut mettre au crédit de la chef de chœur d’avoir créé tout un contexte spectaculaire et poétique autour du Raboteur de Nuages. Le spectacle était ainsi précédé de visites d’ateliers où étaient exposées des œuvres picturales de Jean-José Baranès et de Gilles de Obaldia, ainsi que de mini-concerts choraux ou instrumentaux sur la musique de Thierry Machuel ou de Lindolfo Bicalho. On espère revoir bientôt cette production. En attendant, Gabriel Sivak et Emmanuèle Dubost se retrouveront autour d’un disque de pièces vocales intitulé La Patience et qui sera édité en mars 2019 aux Editions Klarthe. Le compositeur y mêlera des voix bulgares avec les voix du chœur d’enfants de Bourg-la-Reine (92) que dirige Emmanuèle Dubost.
Michel Grinand
Le Raboteur de Nuages, Espace Anis Gras, mai 2018