AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

Les-deux-soeurs-Agnes-CoutaultCentenaire 1914 - 2014 

Théâ-Chœur et le Jeune Chœur Costeley donnent un Requiem profane 

 

Le 18 juin 2014, les ensembles vocaux amateurs Théâ-Chœur, spécialiste des oeuvres chorales mises en scène, et le Jeune Choeur Costeley ont créé le spectacle "C'était il y a 100 ans...". Destiné à commémorer la déclaration de la Guerre de 1914-1918, ce spectacle choral, conçu par leur chef de choeur Emmanuèle Dubost, a captivé et ému les spectateurs de l'auditorium du Conservatoire de Bourg-la-Reine (92).  

 

Deux chœurs sur scène et pourtant un sentiment de détresse et d’éternelle solitude. Et pour cause, « C’était il y a 100 ans… », spectacle imaginé, mis en scène et dirigé par Emmanuèle Dubost, avec ses ensembles choraux Théâ–Choeur et Jeune Chœur Costeley, autour de la Guerre de 14-18, a évoqué de la voix et du chant les dramatiques à-côtés et les terribles conséquences de cette Grande Guerre. « C’était poignant, rapportait après coup Corinne, une spectatrice. Bien au-delà de la réceptivité du public, c’est la dimension palpable de l’émotion [transmise par les chœur] que j’ai trouvée remarquable ». Dans une ambiance recueillie où des instruments de musique inemployés semblaient figurer l’absence, les choristes ont interprété une Messe des Morts qui n’a pas dit son nom. Des solistes ont rapporté les témoignages des drames issus de la Grande Guerre comme autant d’appels à la miséricorde divine : la salle de classe qui s’endeuille peu à peu de tabliers noirs, le soldat survivant, mais revenu inadapté à la vie civile, la cloche du village de Craonne conservée comme une relique, les deux sœurs devenues veuves le même jour.

 

Theachoeur-Pascale-BrochardHarpe et Paradisum. Après ces manières d’introït et d’offertoire, les chœurs ont fait appel aux figures emblématiques d’Orphée, revenu de l’Enfer par la grâce de sa lyre et de son chant (« Orpheus with his lute », de George Mac Farnen sur un poeme de Shakespaere), et de l’homme amoureux (« Erlaube mir », de Johannes Brahms) pour apaiser le monde. Par leurs invocations, celles-ci ont rappelé les supplications du Kyrie et du Sanctus. Les gloses savantes de Stephan Zweig sur les origines de la guerre ont, elles, pris des allures de « Pie Jesu », tandis que le témoignage effaré du caporal brancardier Pierre Teilhard de Chardin a résonné comme le « Libera me » de l’humanité en deuil d’elle-même. Et il aura fallu l’intervention de la harpiste Elisabeth Richard pour apporter le repos du « Paradisum » par son interprétation de La Source, Opus 44, de A. Hasselmans. Dans la salle, le public de Bourg-la-Reine a communié par son recueillement à cette évocation funèbre d’une des heures les plus noires de l’humanité : « C’était superbe, tant dans la qualité musicale que pour la présence de chaque choriste sur la scène, a déclaré Jean-Yves Altenburger, directeur du Conservatoire de Bourg-la-Reine. Je suis content d’avoir pu présenter une manifestation rendant hommage à cette horrible guerre ». La chef de chœur Emmanuèle Dubost espère reprendre ce spectacle en octobre 2014 à Paris. Sous la tutelle du jeune metteur en scène Simon Hatab, « C’était il y a 100 ans… » pourrait alors prendre une dimension plus vaste et plus européenne.
Michel Grinand

Théâ-Chœur, Un chœur qui se met en scène

Aussi appelé « Atelier Chœur en Scène », car il est le petit frère du chœur professionnel Chœur en Scène, Théâ-Chœur se veut un lieu de formation aux techniques de chœur théâtral pour adultes amateurs. Ensemble vocal à géométrie variable, il est encadré par des professionnels, dont Emmanuèle Dubost, chef de chœur et Jean-Philippe Guilbert, professeur de chant. Un metteur en scène intervient en fonction des productions. Depuis sa création, Théâ-Chœur a notamment interprété Le Frisson du Saule, sur des compositions de Thierry Machuel, mise en scène de Benoît Richter ; L’Herbe Haute, spectacle musical sur des poèmes de Gilles de Obaldia ; Pion prend Tour en D9, opéra de chambre de Bruno Giner mis en scène par Benoît Richter ; Rêv’olutions, spectacle musical et Bienvenue aux Paradis, cantate de Michel Musseau mise en espace par Pascale Houbin. Théâ-Chœur est hébergé par l’ESPCI, à Paris et par Anis Gras, à Laplace(92).
MG