AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Nuit bleutée WebChoeur Mikrokosmos à Fougeré (49)

Nuit Dévoilée et airs révélés du Concours choral de Tolosa

 

A l’occasion de son concert à Fougeré (49) pour l’ultime soirée du festival Arts et Musique en Baugeois, le 26 septembre 2015, le chœur Mikrokosmos a donné une superbe version de La Nuit Dévoilée et révélé les airs choraux qu’il interprétera au Concours International de chant choral de Tolosa. Objectif : 1er Prix.

 

48ème représentation. Pour le dernier concert du Festival Arts et Musique en Baugeois, le 26 septembre 2015, le chœur Mikrokosmos a offert au public une version superbement onirique de son spectacle choral La Nuit Dévoilée, à laquelle il a ajouté des extraits du programme qu’il présentera au Concours choral international de Tolosa, le 30 octobre 2015. Il faut dire qu’avec sa voûte ogivale de bois, l’église de Fougeré (49), qui servait d’écrin au spectacle, offre au chant et à la musique une acoustique sans écho, ni dureté. Tester les chants nouveaux y est donc particulièrement indiqué. De plus, comme c’était la 48ème fois que le chœur interprétait cette Nuit Dévoilée, les voix des choristes avaient mûri avec celle-ci, s’enrichissant au fil des interprétations de phrasés, de couleurs et de nuances qui, dans l’acoustique idéale de l’église, ont densifié le sens de l’œuvre. Symbole de ce travail, la soprane Ysée Bouvet confirmait plus tard ce sentiment en révélant travailler toujours à l’amélioration de son chant solo pour le faire jaillir toujours plus lumineux du chœur sombre et grave des hommes.

 

3 choeur en jaune autour public WebPénombre, lumières et couleurs. Ajoutons encore qu’avec l’expérience, le chœur a aussi augmenté sa maîtrise du texte et sa coordination dans ses interventions et ses changements d’organisation. Il y a gagné une grande fluidité dans ses déplacements et cela a aussi permis à son directeur artistique : Loïc Pierre, de diriger selon une gestique purifiée jusqu’à la sobriété malgré une quasi-pénombre. Le chef a même dirigé au tambour. Car, cerise sur le gâteau, Jean-Pierre Bouchereau, président de l’association Arts et Musique, avait préparé une scénographie lumineuse qui a achevé de magnifier la représentation. Dans des ambiances tour à tour dorées, carmin, bleues ou blanches, le chœur Mikrokosmos a dévoilé les secrets de sa Nuit devant un auditoire particulièrement recueilli. Interrogé à l’issue du concert, Loïc Pierre confirmait que la pénombre lui convenait en ce qu’elle renforçait l’impression d’un spectacle continu : «Travailler dans la pénombre est encore au stade de l’essai, mais cela me convient parfaitement, rapportait-il. Cela renforce mes trois objectifs : bannir les applaudissements durant le spectacle pour qu’il ne soit pas interrompu ; visiter ainsi sans interruption les paysages choraux du chant a capella et, enfin, dissoudre les frontières entre musique sacrée et musique profane ».

 

5 Nuit carmin choeur autour public WebDe Shamane à Tolosa. L’aspect mystique et lyrique de La Nuit Dévoilée apparaissait d’autant plus évident que le chœur avait présenté auparavant l’une des pièces qui formeront la suite de cette Nuit Dévoilée et qui s’intitulera Shamane. Intitulé « Väinö », de Jukka Linkola, ce chant aux résonances scandinaves révélait une ambiance tribale propice « au théâtre, avec l’apparition de personnages échappés de légendes inoubliables », dont Loïc Pierre veut emplir ce futur opus. Un troisième volet : « Le Jour m’étonne » achèvera ensuite le tryptique por les 30 ans d’existence de Mikrokosmos. Avant cela, le chœur aura postulé au 1er Prix du Concours choral international de Tolosa, en Espagne. Une tâche difficile puisque Mikrokosmos n’y a obtenu que les 2èmes et 3èmes places. Pour le grand plaisir du public, Loïc Pierre a donc testé sur le public français des extraits de son programme de concours, dans lequel s’inscrira d’ailleurs « Väinö ».

 

6 Tolosa gros plan WebExcellence chorale. Reflétant le goût du chef de chœur pour la musique scandinave et contemporaine, celui-ci a débuté avec « Comedia dell arte », de Vytautas Barkauskas, un air vif et enlevé dans lequel les basses et les sopranes ont particulièrement brillé. Suivit le très doux et très lent « Peace, I leave with you », de Knut Nystedt, dans lequel deux chœurs se répondent autour de carillons. A la surprise générale, le chœur entonna ensuite l’Ave Regina Caelorum de l’antique Tomas Luis de Victoria (1548-1611) avec une classe et une qualité vocale des sopranos et des altos qui firent regretter que le chœur n’explore pas davantage la musique ancienne. Eludant « O sacrum convivium », d’Oliver Messiaen, une œuvre trop lourde à chanter avant La Nuit Dévoilée, Loïc Pierre redonna le chant franc-comtois « Halte-là, vous ne passerez pas », qu’il dirigea au tambour et que le chœur a déjà chanté à Tolosa lors d’une édition précédente : « Mais il faut présenter un chant choral traditionnel et la France en possède très peu », justifia Loïc Pierre. Suivit alors « Väinö ». Même court, cet extrait du programme démontra comme, tout en restant un ensemble école et amateur, le chœur Mikrokosmos est parvenu à la maturité d’un chœur professionnel de haut niveau et qu’il maîtrise tous les styles de chant choral. Le 1er Prix de Tolosa est assurément à sa portée.

 

8 Duo irlandais vert2 WebGravité et nostalgie. Loïc Pierre ne put clore la soirée sans évoquer la fin du Festival Arts et Musique pour raison de suppression de ses subventions publiques. Il exprima alors son admiration pour ces organisateurs « qui ont le courage de faire des festivals dans la campagne, lança-t-il en direction des élus locaux dont dépendent ces manifestations. Sans festival, nous n’avons plus de raison d’être. C’est pourquoi nous avons participé aux premières éditions et pourquoi nous voilà ici pour la dernière. Nous avons besoin des festivals pour exister. Grâce à eux, Mikrokosmos a débuté dans des granges de campagne devant 100 personnes et chante à présent à l’Opéra de Pékin devant 2400 auditeurs ». Pour comble, le festival disparait au sommet de son succès, remarquait avec amertume le président de l’association Arts et Musique en Baugeois : Jean-Pierre Bouchereau, puisqu’il avait dû refuser 300 spectateurs de plus, l’église de Fougeré étant limitée à 300 places. La troisième partie de la soirée, un intermède musical irlandais: Lignes d'Eire, donné par Pierrick Hardy à la guitare et Bernard Subert à la flûte, prenait soudain des airs d’adieux aux beaux jours.
Michel Grinand