AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1Choeur de Chambre C Munch WebChœurs Charles Münch, conservatoire du 11e arrondissement de Paris

Deux concerts, un partenariat et une création pour un chœur de plus

 

Depuis 2014, le Chœur symphonique Charles Münch s’est doublé d’un chœur de chambre et, pour cette fin d’année, le conservatoire du 11e arrondissement de Paris a pu proposer deux concerts, s’associer à l’Orchestre Envol et aborder un répertoire nouveau, dont une création d’Emmanuel Séjourné, en mars 2016.

 

Une nouvelle étape chorale. En créant le chœur de chambre Charles Münch à partir de son chœur symphonique, le Conservatoire du 11e arrondissement de Paris a offert à ses auditeurs deux programmes différents de concert de fin d’année. Le chœur symphonique Charles Münch au grand complet aura présenté le Requiem de Mozart en partenariat avec l’Orchestre Envol les 13, 17 et 24 juin, tandis que le chœur de chambre aura chanté le 15 juin le Gloria et des arias de Vivaldi dans le cadre d’un programme « Venise au temps de Vivaldi », qu’il redonnera en fin d’année 2015.

 

4 Jean Marc Goossens dirigeant EnvolDéveloppement qualitatif et quantitatif. Cette démarche aura eu des conséquences bénéfiques pour l’ancien comme pour le nouveau chœur : «  Avec le chœur de chambre, qui comprend 26 des meilleurs choristes du Chœur symphonique, le conservatoire du 11e arrondissement de Paris pourra présenter un répertoire de musique de chambre, en particulier des époques Renaissance et baroques, explique Henri Pompidor, chef des deux chœurs Charles Münch. Il se dédiera aussi à créer des œuvres contemporaines, en commençant dès mars 2016 par une composition d’Emmanuel Séjourné. Intitulée Alcyon, elle est écrite pour chœur et ensemble de percussion ». Par ailleurs, cette double solution chorale a donné la possibilité au conservatoire d’établir un partenariat avec l’orchestre Envol, que dirige le jeune chef Sammy El Ghadab, pour interpréter le Requiem de Mozart. Désireux de voir son chœur remplir sa mission avec brio, Henri Pompidor a préparé avec soin cette première rencontre entre son chœur et un nouveau chef : « J’ai rapporté au chef d’orchestre toutes ces informations qui sont essentielles pour diriger le chœur, explique-t-il. Son historique et sa composition du chœur, les tempos possibles, l’articulation et la diction ainsi que des éléments d’appréciation sur la performance des choristes ».

 

2 Henri direction dynamique WebUne leçon mozartienne. Le coryphée, qui a dirigé les premières répétitions, a poussé la perfection à demander à la chef de chant Sophie Hervé de donner à ses choristes des cours de chant et de technique vocale adaptés au Requiem de Mozart. « Ce Requiem est une œuvre difficile qui exige une bonne assise vocale, commente Henri Pompidor. Sophie Hervé a fait particulièrement travailler les choristes sur la contraction pelvienne et les progrès du chœur ont été très nets, en particulier pour les sopranes et les ténors. Comme ceux-ci ont vu leur pupitre passer de quatre à douze choristes, le pupitre de ténors sonne particulièrement bien. J’ai d’ailleurs constaté qu’un nouvel équilibre s’était formé dans le chœur, lequel compte à présent 15 basses, 12 ténors, 25 altos et 25 sopranes ». Les concerts promettent d’être flatteurs pour l’oreille et la saison 2015-2016 particulièrement passionnante car Henri Pompidor a bien l’intention de développer ce partenariat pour d’autres œuvres. Les concerts avec chœur et orchestre attirent un public plus important que pour les chœurs seuls, ce qui compense partiellement la baisse des subventions locales.
Michel Grinand

 

4 Sammy El Ghadab face Les dates et programmes des concerts

 

Après une première partie consacrée à la Symphonie inachevée de Schubert, jouée par l’Orchestre Envol que dirigera Jean-Marc Goossens, le chœur symphonique Charles Münch et l’Orchestre Envol interpréteront le Requiem de Mozart, sous la direction de Sammy El-Ghadab : 
- Mercredi 17 juin 2015, à 20h30, à la Chapelle de l’Ecole Militaire, au 13, place Joffre, Paris 75007 
- Mercredi 24 juin 2015, à 20h30, à l’Eglise Royale du Val de Grâce, au 1, Place Alphonse Lavéran, Paris 75005