AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

Misa-Tango2 WebMisa Tango et tangos libres

Le chœur Variatio fait danser les âmes pieuses

 

Pour ses dix ans d’existence, le chœur Variatio a offert à son public une soirée aux sonorités argentines avec la Misa Tango de Palmeri et des tangos d’Astor Piazzolla. Le quintet Ad Libitum et le bandonéoniste Jérémy Vannereau ont parachevé ce beau voyage aux antipodes.

 

Le soleil argentin dans l’hiver parisien. Le 12 décembre 2014, le Chœur Variatio de Jean-Marie Puissant a fait vibrer le public de l’Eglise Réformée des Batignolles (Paris 17ème) avec un concert dédié aux maîtres du tango Astor Piazzola et Martin Palmeri. Femmes en rouge et hommes en noir, le Quintet Ad Libitum a joint ses cordes au bandonéon de Jérémy Vannereau pour parfaire une ambiance à la fois retenue et pleine de fougue. Pour commencer, le public apprécia le choix judicieux de l’Eglise réformée des Batignolles, dont le plancher réchauffait non seulement l’atmosphère mais, surtout, supprimait la traditionnelle réverbération propre aux églises au sol dallé de pierre. Du coup, l’intermède pianistique de l’accompagnateur Olivier Dauriat, toujours sur le thème du tango, s’est avéré clair et séduisant. Que dire des pièces de tangos d’Astor Piazzolla arrangées pour chœur par Oscar Escalada, comme le célèbre Libertango, Oblivion ou Verano Porteno, sinon que le quintet à cordes et le bandonéon de Jérémy Vannereau ont passionné, ému et ravi tour à tour le public par leur jeu musical et théâtral. Bien accompagné, le Chœur Variatio a ainsi pu se montrer sous son meilleur jour. Ces pièces chorales sans parole, mais avec vocalises, ont apporté l’Argentine jusqu’au pied de Montmartre.

 

Fin-de-morceau-archets-leves-WebUne messe à la gaieté tropicale. Après cette première partie très exotique, la Misa Tango a semblé plus familière avec son texte latin, mais le rythme du tango a vite corrigé cette impression. Le quintet Ad Libitum, qui livrait une prestation impeccablement latine et le bandonéon, qui comblait le public avec un solo de génie dans le Sanctus et une reprise dramatique du Hosannah, entraînaient le Chœur Variatio dans un rythme idéal jusqu’au canon final du « Dona eis Pacem », lequel sonnait comme un repos attendu et mérité. Devant le chœur, le chef Jean-Marie Puissant dansait en dirigeant, tandis que la soprane Lisette Meccatini, son épouse dans la vie, assurait de façon très expressive sa partie soliste au côté des autres solistes, tous dotés de voix riches et belles. On retrouvera avec plaisir cette Misa Tango à Guignicourt (02) le 18 avril 2015 et à Reims (51) le 9 mai avec l’Ensemble de Solistes Allegri et l’ensemble instrumental Ad Libitum (cordes, piano et bandonéon). En espérant y retrouver aussi le magicien Piazzolla, dont le génie mélodique vous accompagne longtemps sur le chemin du retour dans le quotidien européen. Le Chœur Variatio, lui, se sera entretemps produit le 21 mars au Festival 10 de Chœurs, qui se déroulera à Paris du 21 au 29 mars, dans un programme « Humour ».
Michel Grinand