AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 NC1 WebNicole Corti, Directrice artistique de Spirito

« Le chef de chœur est un architecte et un orfèvre »

 

Maître à penser de l’Académie de Direction de chœur « Les Sens de la Voix », qui s’est déroulée à Chambéry du 6 au 13 juillet 2015, Nicole Corti revient sur les objectifs du stage, son déroulé et ses succès, complétant ses commentaires de réflexions sur le chant et la direction chorale en général.

 

Avantchoeur.com : Quel sentiment gardez-vous de votre troisième édition de l’Académie avec la Confédération Musicale de France ?
Nicole Corti : Cela a été une édition formidable. Les stagiaires ont fait preuve d’un dynamisme, d’une capacité de travail et d’un esprit de participation remarquables. De plus, leurs niveaux individuels très différents ont, grâce aux corrélations que cela a rendu possibles, apporté une richesse supplémentaire au travail effectué. La présence active des chanteurs du Chœur Britten a aussi joué comme un merveilleux catalyseur d’énergie, apportant à l’Académie la dimension chorale professionnelle. Le chœur d’enfants expérimenté, « les Bluebirds », a nourri une réflexion pédagogique et artistique approfondie. Il en a été de même pour les 28 stagiaires adultes qui ont bénéficié de l’apport ciblé d’une équipe composée de 9 intervenants.

 

2 NCorti8 direction du pianoWebACC : Quels objectifs vous étiez-vous fixés pour ce stage ?
N.C. : Quatre enjeux fondamentaux constituaient la colonne vertébrale du programme de l’Académie. Le premier était comment œuvrer à développer la participation individuelle active des choristes ? Quels sont les outils qui permettent de découvrir ou de confirmer l’impact efficient de la maitrise vocale et de l’écoute individuelles sur la qualité sonore et expressive du chœur. Là, l’individuel nourrit le collectif. Cette notion est le socle fondamental de la proposition pédagogique. Le second enjeu était d’éclairer la notion de compétence du chef de chœur, en énonçant clairement les trois principes du « Savoir » : connaissance de la partition entre autres ; du « savoir faire » : se munir d’outils conscients pour transmettre sa vision, et du « savoir être » : se connaître au mieux pour adopter une attitude équilibrée qui joue sur la qualité de réceptivité du chœur et donc sur la réussite du résultat artistique.

 

3 NC8 NCorti11 WebACC : Et quels sont les deux autres enjeux ?
N.C. : Le troisième enjeu concernait le rapport du chef à la notion d’excellence et ce quel que soit le niveau d’expérience du chœur d’enfants, d’adolescents ou d’adultes et quel que soit le répertoire. Le chef doit s’appuyer sur une interprétation hautement mûrie (il maîtrise la partition et gagne toujours à diriger de mémoire), sur la motivation et la conscience musicale des chanteurs. Il doit aussi fédérer pour convaincre le choriste que l’attention fine aux éléments de phrasé, de couleur vocale et d’implication sensible et physique de chacun fait progresser le niveau d’interprétation. Viser toujours plus fin, plus conscient, plus abouti est le fruit de ce que je nomme « le désir profond et partagé de qualité ». La pensée selon laquelle il existe des « chœurs de BASE », qui seraient limités dans leur progression, n’a aucune raison d’être : le chœur que l’on dirige est au contraire en perpétuel devenir. Le quatrième aspect évoque la sensation intuitive et/ou consciente du rapport à l’espace architectural et acoustique. D’une façon plus générale, il traite du lien entre la personne et l’espace et mène à une réflexion intéressante concernant la disposition d’un chœur en situation de répétition ou de concert. De nombreuses études scientifiques convergent vers l’importance de ce paramètre et confirment la pertinence de ce questionnement.

 

4 NC3 travail corporel webACC : Le choriste n’est-il pas assez actif ou impliqué quand il chante ?
N.C. : Il s’agit de définir au mieux quel comportement est souhaitable dans le chœur : comment arriver sur scène et créer autour de soi l’espace qui permettra d’interagir ? Quelle posture dans la détente ? Comment l’ouverture au chef et aux autres choristes, le regard et la qualité d’échange avec les autres chanteurs favorisent une communication authentique avec le public ? La présence et la richesse individuelles créent la présence et la richesse collectives. Cette attitude n’est pas toujours acquise chez les choristes que le chef a le devoir de solliciter et c’est pourquoi nous devons parier sur l’importance de l’échauffement corporel et vocal avant la répétition ou le concert. Ce temps de préparation permet d’aborder les aspects physiques liés au fonctionnement musculaire, au souffle, à l’écoute. Trouver individuellement son équilibre et son centre, pour mobiliser l’énergie sans tension excessive, aboutit aussi à la recréation du groupe sonore disponible à tous les possibles musicaux. C’est le moment qui invite à l’écoute latérale et au plaisir du son. Par conséquent, il invite au plaisir du silence habité par la densité de présence de chacun, au profit de la force du moment poétique.

 

5 NC2 supervision de gesteWebACC : Ce qui nous ramène à votre formule ternaire : savoir, savoir-faire et savoir être. Comment s’articule-t-elle chez le chef de chœur ?
N.C. : La grande compétence est toujours liée aux connaissances que l’on a des outils dont on dispose, lesquelles s’articulent avec la transmission de ce savoir grâce à son savoir-faire et à son savoir-être. C’est ce qui fait la qualité et le talent du chef de chœur. Par exemple, si vous savez chanter ce que vous voulez entendre, le choriste réagira bien, reconnaissant de fait votre autorité de chef par son exemplarité. Il est donc évidemment important que le chef de chœur sache bien chanter. Le chef doit « savoir » chanter, transmettre son souhait par son « savoir faire » avec une attitude bienveillante et exigeante, laquelle est génératrice de confiance et de motivation.

 

ACC : Où situez-vous l’apport de la technique vocale dans le chœur ?
N.C. : Au CNSMD de Lyon, où j’enseigne, étudiants et chefs de chœur bénéficient d’un enseignement individuel hebdomadaire de technique vocale. La technique vocale est intrinsèque à l’appropriation de la partition. Dans le contexte de l’Académie de Direction de chœur, elle a été le support d’un aspect spécifique lié au style. Nous avons ainsi travaillé la prononciation du français littéraire afin de rendre la langue parfaitement compréhensible et d’en livrer toute l’élégance poétique. Plus généralement, le son du chœur, son équilibre sonore et sa qualité, dépendent aussi de la conscience du poids des mots et de la qualité de la diction.

 

7 NC5 NCorti13 WebACC : Quelle technique vocale préconisez-vous ? N’y a-t-il pas parfois contradiction entre certaines techniques ?
N.C. : La technique vocale s’est globalement homogénéisée grâce à l’apport précieux des études scientifiques qui induisent une attitude plus objective des chanteurs vis-à-vis de leurs sensations, et complètent pour les enseignants du chant leur connaissance plus ou moins intuitive. Aujourd’hui, un relatif consensus existe en France sur ce que représente une voix soliste saine. Et quand bien des divergences de points de vue devraient s’exprimer, il convient que le chef de chœur, qui est bien informé, arbitre en fonction de son projet musical.

 

8 Concert des choristes BrittenWebACC : Le chœur est-il un instrument pour le chef de chœur ?
N.C. : Le chef de chœur est  « médiateur » entre la partition et le chœur, qui lui-même entre en relation directe avec le public. Il est l’initiateur du projet musical, lequel gagne à être approuvé par les chanteurs. Son leadership le conduit à devenir un architecte, un bâtisseur, voire un orfèvre. C’est pourquoi la première compétence du chef de chœur est d’agir afin que les choristes amateurs ou professionnels soient au maximum de leur écoute et de leur expression, en créant leur mobilisation active et en témoignant de sa confiance dans le groupe. La choralité se construit à partir de la dimension artistique qui satisfera les choristes, cela quel que soit le style et le répertoire et même si ce dernier s’inscrit dans la chanson de variété. Il n’existe pas de chant facile et la vision du chef de chœur sur l’œuvre doit être la plus approfondie possible afin qu’il puisse inciter le choriste à le suivre dans sa conception. A ce moment-là, la répétition du chœur n’est plus seulement un temps de rencontre, mais un lieu de réalisation artistique. Enfin, le concert ne doit être que le rappel de ce qui a été accompli pendant les répétitions. C’est en entendant le public le complimenter sur le fait qu’il a « des choristes formidables », que le chef sait qu’il a tenu son rôle.

 

9 chef dirigeant WebACC : Le bilan du stage a-t-il démontré un succès sur ces objectifs ?
N.C. : D’après le bilan que nous avons tiré en fin de stage et en dépit du court délai imparti, l’objectif a été globalement atteint grâce à la densité de travail qu’ont fourni les stagiaires. Chacun d’eux a franchi un pas sur le plan de la direction de chœur. De même, sur le plan musical, le chœur des stagiaires a affiché un vrai résultat et le concert final nous a amplement satisfaits.

 

10 NCorti en fin de concert WebACC : Renouvellerez-vous cette Académie de Direction de Chœurs en 2016 ?
NC : Oui, car cette session nous a convaincus que faire appel à un grand nombre d’intervenants était nécessaire, malgré le coût élevé que ce choix représente et la durée limitée du stage. C’est pourquoi, l’édition 2016 de l’Académie est prévue sur 9 jours. Il faudra trouver des financements. Nous y travaillons avec notre partenaire, la Confédération Musicale de France. Et puis, afin de gagner du temps, la perspective qui est la nôtre d’inciter les stagiaires à approfondir pour progresser nous conforte dans l’idée d’exiger un travail personnel important sur le répertoire en amont du stage. Ainsi, le cours de direction de chœur devient le lieu privilégié d’une exploration de l’ensemble des paramètres techniques, pédagogiques et humains. La répétition devient le lieu pratique de la mise en œuvre artistique.
Propos recueillis par Michel Grinand


11 NC6 regardant travailler les stagiairesWebProchaine Académie de Direction de Choeur

 

La prochaine session de l’Académie de direction de chœur « Les Sens de la voix » et du stage vocal pour les enfants « les Bluebirds », aura lieu entre le 6 et le 14 juillet 2016 à Chambéry. Son thème directeur sera « Le geste, le mouvement, le son ». La présence du compositeur et cinéaste belge Thierry de Mey apportera une nouvelle dimension à la pratique du chef de chœur.