AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 M LT dirigeant Catherine CernotMarie-Laure Teissèdre, chef du Chœur Emelthée

« Un concert doit être une histoire intéressante »

 

A l’occasion du concert du 25 avril 2015, organisé en collaboration avec Michel Corboz, Marie-Laure Teissèdre a évoqué pour Avantchoeur.com la vocation pédagogique de son Chœur Emelthée et son objectif de ramener le métier de chanteur et l’activité chorale au service de la satisfaction du public.

 

Avantchoeur.com : A lire la présentation de l’association qui porte le chœur Emelthée, on constate que votre chœur a une forte vocation pédagogique. Pourquoi ?
Marie-Laure Teissèdre : J’ai toujours été à la fois musicienne et pédagogue et j’ai toujours eu l’envie de mener ces deux activités de front. Cela me vient sans doute de mes débuts avec Michel Corboz, lorsque celui-ci m’a impliquée dans des projets avec des professionnels de tous horizons qui ont formé le chef de chœur et d’orchestre que je suis devenue. J’ai alors constaté que c’est avec des professionnels qu’on apprend le plus. Du coup, alors qu’aujourd’hui, les chanteurs ont de plus en plus de difficulté à vivre de leur passion et de leur métier, j’estime qu’il est de mon devoir de les amener au mieux dans le milieu professionnel, en leur faisant découvrir un répertoire solide et en leur proposant des expériences variées qu’ils pourront réutiliser. Mon association, que j’ai créée en 2009, aide donc les jeunes chanteurs en début de carrière à s'enrichir au contact de professionnels, et à découvrir en eux de nouveaux talents comme le théâtre ou la danse par exemple afin qu’ils puissent se renouveler et se réinventer un peu à chaque fois dans leur pratique professionnelle.

 

2 MLT discutant de face avec ses choristes hommesACC : Que leur enseignez-vous ?
M-LT : J'essaye de les aider à devenir des artistes complets, à la fois polyvalents et adaptables, avec une souplesse intellectuelle qui leur permettra d’être à l’aise partout où l’on aura besoin d’eux. Il y a vingt ans, un chanteur était soit soliste, soit choriste, ou encore chanteur de variété ou de jazz. Aujourd’hui, je suis convaincue qu’un chanteur ne peut plus se cantonner à une seule orientation vocale, mais qu’il doit s’adapter à des expériences souvent variées ou innovantes et donc à des styles vocaux différents. Bien sûr, chaque style de chant cultive un phrasé particulier, mais chanter consiste toujours à timbrer la voix et à la faire sonner. Les jeunes chanteurs doivent donc être capables de colorer leur voix différemment selon les styles de répertoire. Pour cela, il leur faut acquérir de l’expérience et entretenir la flexibilité vocale.

 

3 Michel Corboz dirigeant Emelthee dans la Messe de Frank MartinACC : Comment vous y prenez-vous pour leur apporter cette expérience ?
M-LT : Que ce soit en petits ensembles ou avec le chœur, je leur fais découvrir des pratiques parfois nouvelles pour eux, en particulier du théâtre musical où ils travaillent la présence scénique et des textes parlés. Dans ce genre de spectacle, nous abordons également un répertoire intergénérationnel, depuis la musique baroque française et italienne, jusqu’au répertoire contemporain en passant par l’opérette ou même des chansons d'aujourd'hui. La rencontre avec des professionnels d’autres secteurs artistiques, comme des metteurs en scène, des chorégraphes, des peintres, des danseurs, est source d'enrichissement. L’objectif n’est pas de faire un parallèle, mais de créer un échange entre des mondes différents pour tester, imaginer et produire un spectacle différent et à priori improbable. Ainsi, lors d’une rencontre avec des danseurs de Hip-hop, les chanteurs ont dansé, modestement mais avec engagement et les danseurs ont chanté. De l’agitation des danseurs et du calme des chanteurs est ainsi né un spectacle nouveau.

 

4 MLT dirigeant de trois quartsACC : La notion de nouveauté est-elle essentielle dans un concert ?
M-LT : Je pense que chaque concert est une nouvelle expérience et qu’il doit être bâti sur un concept propre. Le 25 avril, le Chœur Emelthée a chanté dans la même soirée avec deux chefs différents : Michel Corboz et moi-même. Pour notre concert sur les musiques du Nord, nous avons fait appel à Frédéric Lodéon qui a apporté son savoir faire et ses qualités d'homme de radio en donnant un caractère plus vivant à ce spectacle. Ces démarches donnent au concert une personnalité, quelque chose qui nous correspond à ce moment-là et avec laquelle on peut écrire une histoire intéressante avec et pour le public. Ce rapport avec le public est important à prendre en compte ; en effet il connaît déjà tellement de choses par le biais des médias qu'il faut donc le satisfaire et le toucher en lui apportant à chaque fois quelque chose de nouveau. Chaque concert doit donc être une vraie rencontre entre le chef, les chanteurs et le public.

 

5 MLT seule a la librairie MusicalameACC : Comment les chœurs amateurs peuvent-ils se renouveler, eux qui ont rarement les moyens de travailler avec des professionnels ?
M-LT : Les chefs de chœur et les choristes amateurs ne doivent plus penser le chant choral comme une pratique immuable et statique. Un chœur n’est qu’une harmonisation de voix. Certaines se complètent, d’autres se rejettent. Les choristes le ressentent sous forme : d'une facilité et un plaisir à chanter à côté de quelqu’un ou, au contraire, une difficulté à se mélanger. Il revient donc au chef de chœur de placer les choristes en associant les timbres graves, larges ou légers qui se complètent. Il peut alors créer des spectres d’harmoniques qui permettront au chœur d’acquérir une richesse, un équilibre et une homogénéité sonores. Le chef doit convaincre ses choristes que ce travail est utile et enrichissant pour eux. Adhérer à ces propositions revient parfois à accepter de casser certains codes. Il doit chercher des solutions pour garder souplesse et mobilité : chanter mélangés, en mouvement, associer un geste ou mettre en espace... toutes ces situations demandent de la réactivité et génèrent une meilleure fluidité, une meilleure transmission du son du chœur, ainsi qu'une grande complicité entre le chef et les choristes. Pour moi, ce travail vocal et le placement des chanteurs dans le chœur sont des éléments essentiels à la réussite d’un concert. C'est valable pour un chœur amateur comme pour les chanteurs professionnels d'Émelthée. Je privilégie toujours la personnalité vocale de chacun et m’arrange pour donner un confort vocal tant aux choristes qu'aux solistes, lesquels sont issus du chœur.
Propos recueillis par Michel Grinand