AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

0  quart Regine-expliquant-sa-technique-aux-chefsRégine Théodoresco au Congrès des Chefs de chœur

« Placer ses choristes est un vecteur d’interprétation musicale »

 

Pour Régine Théodoresco, chef du chœur féminin Calliope, il n’existe pas de malédiction « des voix qui ressortent ». Les différences vocales sont des atouts pour faire sonner son chœur quelle que soit l’acoustique et pour obtenir des interprétations uniques. Les chefs stagiaires du Congrès des chefs de chœur en ont fait l’expérience lors de l’atelier « Son et Placement du chœur ».

 

« Il n’y a jamais de choriste qui chante trop fort, affirme Régine Théodoresco, chef du Chœur Calliope. C’est le chœur qui ne chante pas assez ». Quel chef de chœur, pourtant, n’a pas exhorté un choriste à chanter moins fort ou n’a pas grimacé en ayant le sentiment de diriger un concerto pour chœur et voix soliste au lieu d’un chœur a cappella ? Mais la chef du chœur Calliope persiste : « Quand on écoute un chœur, on a souvent l’impression qu’une voix est trop forte ou trop basse et qu’on n’entend qu’elle, explique-t-elle. Mais exiger du choriste qu’il chante moins fort est vain car la retenue vocale est incontrôlable. En plus, les autres choristes ne chantent pas moins fort et chacun d’eux peut s’entendre davantage à certains moments. Pour résoudre ce problème, il faut d’abord isoler les voix. Dans le groupe choral, les sphères sonores que produisent les choristes se tamponnent, se chevauchent et même s’éliminent. Plus les choristes sont proches les uns des autres, plus les qualités, les défauts et les écarts de leurs voix s’entendent sans qu’on puisse discerner d’où cela vient. L’idéal est donc d’écarter les chanteurs d’au moins un mètre les uns des autres afin que leurs sphères sonores se touchent sans se chevaucher. Les voix s’entendent alors plus individuellement et il devient possible de travailler leur placement. Ainsi, une voix puissante devant le chœur s’entendra particulièrement. Si on la met derrière, elle continuera à s’entendre, de façon isolée et aléatoire. Par contre, si on la place au milieu du chœur et qu’on ajoute une voix plus ronde derrière, les deux voix s’agrègeront pour donner un son homogène ».

 

0-Regine-ecoutant-les-femmesUtiliser le focus des voix pour l’interprétation. Le placement spatial des choristes gomme donc certaines imperfections et améliore le son du chœur. Cela fait, on n’a pas forcément obtenu le son choral totalement homogène que tout chef de chœur recherche. Il reste à résoudre la question de l’équilibre des voix et du chant: « Cela dépend encore du placement des choristes, continue Régine Théodoresco. Car chaque voix a ses particularités et ses propriétés. Celles-ci peuvent être acides, métalliques ou douces. En utilisant les « focus » de ces voix et en associant leurs particularités par le biais du placement, on peut obtenir un son global homogène ». Mieux encore, le placement des choristes devient alors un vecteur d’interprétation : « Il rend audible une conception musicale, affirme Régine Théodoresco. J’ai le souvenir d’un « Ave Maria » à trois voix de femmes de Kodaly, que tous les chefs font habituellement chanter en rang. J’ai placé les altos en position frontale au public et mis derrière les voix les plus diaphanes des sopranes. L’alternance entre les sons graves et aigus produisit un effet magique ».

 

3-demi-cercle-élargi-son-meilleurTrouver le son idéal par le placement. Depuis, le placement du chœur est devenu une constante pour la chef de chœur de Calliope : «  Avec Calliope, ce potentiel d’interprétation est essentiel, reconnaît-elle. J’étudie le positionnement de mes choristes pour chaque chant et chaque choriste a ensuite une place précise pour chaque interprétation. Si ce positionnement est remis en cause par l’acoustique de l’endroit, je retravaille le placement avant le concert car le son résonne différemment selon les lieux. Mes choristes se déplacent donc beaucoup, mais ce n’est pas de la mise en scène. Je cherche seulement à faire en sorte que le son idéal que j’ai en tête s’entende vraiment. La qualité et la couleur vocale d’un chœur exigent cette démarche et c’est un vrai travail. Aux Choralies, où j’ai dirigé 150 choristes, j’ai placé tous les chanteurs avant de commencer le concert».

 

2-En-demi-cercle-le-choeur-feminin-produit-un-son-plat-et-frontalDeux demi-cercles larges pour les femmes. Au Congrès National des chefs de chœur, Régine Théodoresco fit démonstration de ses théories en constituant trois chœurs de huit chefs venus assister à son atelier « Son et Placement du chœur » : un chœur de femmes, un chœur d’hommes et un chœur mixte. Aux trois groupes, elle demanda de chanter des airs simples comme « Au clair de la lune » et « Frère Jacques », d’abord en ligne, puis en demi-cercle serré, en demi-cercle large et enfin en diverses dispositions espacées. Dans la petite salle à l’acoustique sèche, les oreilles averties des chefs notèrent immédiatement les différences. Alignés ou en demi-cercle serré, les trois chœurs produisaient « un son frontal et plat », selon les termes de la maîtresse de cérémonie. Ce n’est que dans le cadre d’un demi-cercle large que le son devint plus global et plus satisfaisant. Le chœur féminin trouva finalement sa meilleure disposition dans un double rang espacé en quinconce. Régine Théodoresco n’eut plus alors qu’à inter-changer certaines voix pour obtenir un son riche et global : « On a l’impression que les choristes sont plus nombreuses qu’en réalité», admirent plusieurs auditeurs. Ce à quoi Régine Théodoresco répondit : « J’ai remarqué qu’une choriste avait une voix particulièrement ronde. Devant, près des voix plus minces, elle absorbait tous les sons. Derrière, elle embarquait tout le monde. J’ai donc dû lui trouver une place devant et sur le côté, mais près d’une voix puissante à laquelle elle s’est agrégée, ce qui a fait qu’on a pu entendre les autres voix ».

 

Une savante dispersion pour les hommes. Le chœur masculin fut plus long à trouver sa meilleure sonorité.

8-Choeur-dhommes-en-demi-cercle10-Choeur-dhommes-serré 12-meilleure-config-du-choeur-masculin

 

Après avoir testé le son plat et sans qualité intrinsèque du rang, il déçut avec un demi-cercle large. Le son apparaissait à la fois moins agréable et plus faible. Il était aussi plus dégradé que dans le demi-cercle serré, car il était marqué par les différents grains de voix. Un regroupement du chœur produisit alors un son plus brut et plus violent, option possible mais que Régine Théodoresco ne retint pas. Et c’est la disposition très originale d’un chœur dispersé dans lequel les choristes chantaient dans des directions différentes qu’elle choisit pour un « Frère Jacques » riche et flatteur à l’oreille : « On pourrait encore faire mieux en travaillant sur la profondeur du chœur et sur la prononciation afin de supprimer un excès de relief ainsi qu’un son « è » inopportun », conclut-elle.

 

Agencement par masses sonores pour le chœur mixte. Avec les quatre voix classiques du chœur : soprano, alto, ténor et basse, la mise en place du chœur mixte se complexifia encore.

13-Choeur-mixte-en-ligne 17-Choeur-mixte-mélangé18-choeur-mixte-meilleure-config

 

Elle n’en devint que plus passionnante. L’air choisi : « Au clair de la lune », fut chanté à l’unisson. Dans l’acoustique sèche, la formation linéaire favorisa à l’excès les ténors qui prirent le dessus sur le reste du chœur. Le demi-cercle large redonna de la présence aux basses, sans pour autant que les ténors perdent leur ascendant. Les femmes subissant la domination masculine, Régine Théodoresco opta alors pour une organisation dispersée dont elle testa plusieurs possibilités : la disposition femmes au centre sur deux rangs et hommes les encadrant ne changea rien à la suprématie des ténors. Idem pour l’organisation femmes devant, hommes derrière. Ce n’est qu’en plaçant les ténors devant, entourés par les femmes, et les basses derrière que Régine Théodoresco trouva une spatialisation prometteuse. Poussant sa logique encore plus loin, elle plaça les basses devant, mais de profil par rapport au public, les femmes entre eux et les ténors derrière : « C’est le mieux qu’on puisse obtenir, se félicita-t-elle. Toutes les voix s’entendent et, même s’ils sont loin, les ténors se développent sur la fin du morceau, ce qui donne à celui-ci une richesse supplémentaire ». Les masses sonores se mariaient effectivement sans perdre de leurs qualités.

 

DSCN2479Essayer, c’est adopter. Le public des chefs de chœur fut d’autant plus convaincu par cette démonstration que les chanteurs cobayes adhérèrent sans réserve : « Nous sentions la différence, rapportait l’un d’eux. Au dernier placement, le son était plus homogène ». Mais le passage de la théorie à l’application posait question, du fait soit d’un chœur imposant de 60 choristes, soit d’une présence réduite des hommes. « Quand il y a peu d’hommes, le mieux est encore de les séparer, puis d’agréger les autres voix autour, conseilla Régine Théodoresco. Pour les grands chœurs, je ferai trois réponses. La première est qu’on place les choristes selon l’interprétation qu’on souhaite. La seconde est qu’on peut aussi mélanger les pupitres. La troisième est qu’on peut séparer les pupitres de femmes en deux et placer les hommes au milieu. Personnellement, j’aime beaucoup mélanger le chœur, surtout lorsque l’œuvre est verticale. Il est important d’opposer un rapport à la verticalité de l’œuvre. Il faut donc essayer, changer les positions et, peu à peu, vos oreilles s’affineront, vous amenant à trouver le placement que vous souhaitez. Tout le monde peut faire cela. Et quand on y a goûté, on ne peut plus s’en passer. Au final, le seul vrai souci consiste à négocier la séparation entre les copains ». Mais peu de choristes devraient s’en plaindre si, comme Régine Théodoresco l’a démontré, le placement du chœur leur attribue à chacun un rôle musical exclusif et essentiel pour la qualité du chœur. Il ne restera plus aux chefs de chœur qu’à gérer la question de l’autonomie musicologique qui permettra à leurs choristes de se disperser dans le chœur. Mais cela est un autre problème qu’avec leur capacité à s’adapter aux contingences, les chefs de chœur sauront bien résoudre.
Michel Grinand

 

 

Disque-Metissages3Prochains concerts de Calliope :
- 21 décembre 2014 à 17h à Eguisheim (68) Noël Anglais
- 20 décembre 2014 à 16h à Niederbronn - les Bains (67) Noël Anglais
- 19 décembre 2014 à 20h à Sélestat (67) Noël Anglais
- 13 décembre 2014 à Caluire (église St Clair) concert de Noël (Noël Anglais)

 

Disques du choeur Calliope :
- Métissages / 2008 / éditions Arpège et Calliope
- The sun rising through the mist / Gustav Holst – éditions Lilia Digital