AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 Direction de stagiairesWebAcadémie de direction de chœur à Chambéry, juillet 2015

Une semaine de Masterclass en conditions professionnelles


Co-organisée par la Confédération Musicale de France et par Spirito, l'académie de direction chorale Les sens de la voix, qui s'est déroulée du 6 au 12 juillet 2015 à Chambéry, s’est avérée une réussite autant pédagogique que musicale. Les chefs stagiaires ont suivi l’enseignement de Nicole Corti et dirigé le chœur Britten dans un programme exigeant qui s’est achevé par deux concerts de qualité. Compte-rendu du chef stagiaire Stéphane Ung.

 

Une organisation ambitieuse. Avec près de trente stagiaires et auditeurs libres, 8 formateurs, 2 pianistes, 12 chanteurs du Chœur Britten, 9 enfants qui constituaient le chœur Bluebirds et les représentants de Spirito et de la Confédération Musicale de France, l’Académie de direction de chœur Les Sens de la Voix a rassemblé plus de 60 personnes dans la Cité des Arts de Chambéry, du 6 au 12 juillet 2015. Il faut dire que, pour la première fois, l’Académie était co-organisée par la Confédération Musicale de France et par Spirito, avec l’ambition d’apporter à des chefs de chœur d’enfants ou d’adultes débutants, confirmés ou semi-professionnels un enseignement complet et de niveau professionnel. On devine la complexité de l'organisation, laquelle s’est révélée irréprochable : les stagiaires n’ont connu aucune mauvaise surprise lors de cette semaine où les activités commençaient pourtant à 8 heures 30 et se terminaient après 22 heures. Tout avait été clairement pensé et optimisé pour que les stagiaires puissent faire la plongée la plus intense possible au cœur de la direction chorale. Les ateliers de travail s’enchaînaient ainsi à un rythme extrêmement soutenu, avec pour seules pauses les temps nécessaires au déjeuner et au dîner.

 

3 Echauffement physique WebUne diversité de contextes enrichissante. Les journées étaient divisées en un nombre précis d’« ateliers » qui constituaient autant d'approches variées de la direction de chœur. Pour commencer, une heure d'échauffement corporel et vocal. Dirigées chaque jour par un formateur différent, ces séances permettaient de se préparer au long travail jusqu'au soir et étaient une grande source d'inspiration pour le travail du chœur. Les méthodes très diverses et les exercices proposés par chacun des formateurs permettaient d’aborder et de vivre des axes de travail en chœur aussi inédits qu'intéressants, depuis les étirements et les vocalises les plus classiques jusqu’aux improvisations vocales et corporelles, en passant par les différents moyens de sollicitation de l'inventivité et de la vivacité de chacun.

 

4 NC avec dameWebDes cours personnalisés. Venait ensuite le travail de direction avec le groupe dans lequel chacun avait postulé. C'est dans le cadre de cette matière « traditionnelle » que chaque stagiaire bénéficiait d’un cours individuel avec son formateur. Travail sur les partitions, exercices de gestique, discussions sur la direction, pédagogie du chœur, passage individuel au pupitre pour diriger le piano et les stagiaires promus choristes pour l’occasion, le tout émaillé de conseils personnalisés… C'était le moment où chacun recevait le maximum d'informations en relation directe avec sa pratique. La fin de matinée voyait proposer des cours de technique vocale aux stagiaires. Se présentant trois par trois, ceux-ci recevaient pendant une demi-heure les judicieux et excellents conseils des formateurs, tous issus du Chœur Britten et donc chanteurs professionnels.

 

P1 Nicole Corti WebLes préceptes de Maître Nicole Corti

 

Savoir, savoir-être et savoir-faire. Les cours de direction avec Nicole Corti furent à l'image de la préparation du concert : denses, intenses, exhaustifs, musicaux. On n'y apprit pas seulement la gestique : on y analysa aussi les partitions, on apprit à aborder les œuvres contemporaines. On discuta, on posa des questions et on écouta beaucoup les réponses. Chacun bénéficia, lors de cette semaine, d’un nombre très important de longs discours passionnants sur la gestique, le rôle du chef de chœur, le rôle du choriste, la gestion des répétitions, le concert, le répertoire, les compositeurs, le style, le caractère… Assis en demi-cercle autour du piano, les 10 stagiaires écoutaient avec attention les paroles empreintes de sagesse et parsemées de citations de Nicole Corti : « Le savoir, le savoir-être et le savoir-faire sont trois choses indispensables pour être chef de chœur » disait-elle comme son credo.

 

NC7 NCorti9 WebLe regard et la voix. Concrètement, cela pouvait se traduire par : « En répétition, quand vous avez une échéance qui se rapproche, n'essayez pas d'aller plus vite, ça ne marche pas. Le Maréchal Lyautey disait d'ailleurs : "Allons lentement, nous sommes pressés" ». Ou encore par : « Métronome et diapason sont les deux manettes de la direction ». On ne dirige pas qu’avec les mains : « Le regard est important quand vous dirigez. Juliette Bise parle du "son-regard" et Elisabeth Schwarzkopf disait "chanter pour la plus lointaine des étoiles" »… Ainsi, par ses exposés, Nicole Corti amenait régulièrement chacun à se questionner sur sa pratique musicale et à mettre les mots exacts sur des concepts essentiels mais plus ou moins abstraits que tout chef de chœur connaît sans toujours bien le formuler.

 

B6 WebLe langage de la main. Lors des passages au pupitre, les stagiaires reçurent autant de conseils gestiques adaptés à leurs spécificités que de conseils de gestion de la répétition et du chœur : vocabulaire, syntaxe, façon d'aborder les difficultés, moyens d'arriver à ce que l'on a à l'esprit de la manière la plus efficace. Il y eut également des exercices de gestique à partir des questions et des difficultés de chacun ou même des expériences, comme de diriger en étant caché et en ne laissant voir que la main. Et il y eut aussi les exemples, Nicole Corti montrant régulièrement des gestes, des façons de maîtriser des passages ou prenant même en charge une répétition.

 

NCorti7 avant bras et pianisteWebUn enseignement exhaustif. Chacun admira alors le maître à l'œuvre et on se surprit à admirer la prestance, l'autorité, la simplicité et la beauté du geste autant que son implacable efficacité musicale. L'éventail des méthodes utilisé par Nicole Corti était si large qu’il fut impossible de sortir d'une séance de travail en ayant l'impression de n'avoir exploré qu'une partie de la direction de chœur : la chef de chœur n'apprenait pas qu'à diriger, elle apprenait à être un chef de chœur, dans tous les aspects qu'implique ce statut. Clairement, Nicole Corti forme les musiciens de façon exhaustive. S.Ung

Chœur et théâtralisation. Après la courte pause du déjeuner, les participants se répartissaient alors dans un des quatre ateliers thématiques qu'ils avaient choisi au début du stage : technique vocale pour les enfants, pédagogie du chœur d'enfants, théâtre ou diction. Bien qu’en marge de la direction chorale, ces activités se révélèrent très enrichissantes car elles apportaient de précieuses extensions à l'univers musical de chacun. D’où un certain regret qu’elles n’aient été proposées que pendant la première moitié du stage. Après une deuxième séance de travail de direction en groupe, tous les stagiaires et formateurs se retrouvaient ensemble pour former le chœur pilote de la répétition tutti, laquelle se déroulait avant et après le dîner. C'était alors l'occasion pour chaque stagiaire de diriger en situation un chœur, tout en recevant les précieux conseils de Nicole Corti, laquelle supervisait la séance.

 

6 travail choral du soir WebDiriger un chœur professionnel en vue du concert. À partir du quatrième jour, 12 chanteurs professionnels du Chœur Britten vinrent constituer le noyau du chœur pilote, en vue des deux concerts de clôture du stage. S'ajoutant au « chœur atelier » des stagiaires pour les pièces les plus accessibles ou s'y substituant pour les plus vocalement ardues, ces professionnels constituèrent un instrument d'une qualité exceptionnelle. Ils donnèrent l’opportunité aux stagiaires de travailler en profondeur un répertoire exigeant allant de la musique baroque aux compositeurs contemporains, le tout dans une grande diversité de situations : mise en place solfégique sur Bruyères à l'automne de Finzi ou Revenant de Hersant, travail du caractère sur Nicolette de Ravel, construction de la matière sonore sur l'« Adieu des bergers » de l'enfance du Christ de Berlioz, gestion des énergies sur les Four Slovak Folk Songs de Bartók…

 

Gérer le stress d’avant-concert et la fatigue. Très vite, chaque stagiaire se vit attribuer une ou deux pièces correspondant à ses possibilités et ses envies, pour un travail approfondi en vue des restitutions publiques. Chacun put alors vivre de l'intérieur toutes les étapes de la préparation d'une représentation professionnelle, de la répétition jusqu’au concert. La densité et la difficulté du répertoire, ajoutées au peu de temps de répétition avec le chœur (un jour et demi de répétition, une demi-journée de pré-générale, une générale et deux concerts) donnèrent lieu à la constitution d’un planning très serré, générateur de stress pour les chefs comme pour les chanteurs. Et avec jusqu'à sept heures de chœur par jour, les stagiaires durent bientôt apprendre à gérer un élément de plus : la fatigue générale, laquelle se fit rapidement sentir pour tout le monde. Confronté à de véritables conditions de travail, chacun dut ainsi s’investir dans l'effervescence et l'ambiance des grands concerts.

 

Robert Combaz et Nicole Corti WebDeux concerts, sinon rien. Points finaux de la semaine, les deux concerts donnés en l'auditorium de la Cité des Arts de Chambéry rassemblèrent chacun 80 spectateurs et furent des moments musicaux intenses et de qualité professionnelle. Donnés le même jour, en fin d'après-midi et en soirée, ces manifestations se déroulèrent de manière optimale et mirent heureusement fin à la tension croissante induite par la fatigue et le timing serré. Chaque stagiaire put diriger le chœur dans ses divers effectifs (tutti, Chœur Britten seul, voix égales…) sur une ou deux pièces et ainsi voir le résultat du travail de la semaine écoulée. Le programme, qui comprenait la plupart des partitions du programme initial, était varié et bien construit : les pièces d'inspiration populaire, les œuvres contemporaines, les partitions romantiques et modernes s'enchaînaient sans temps mort, entrecoupées de textes préparés par l'atelier théâtre. Le résultat musical fut à la hauteur du stage : intense, de grande qualité et authentique. Lors du premier concert, le public et les stagiaires du « département adulte » purent aussi constater le remarquable travail effectué en parallèle par les 9 enfants du chœur Bluebirds. Dirigés par les stagiaires du groupe de Pierre-Line Maire, ils proposèrent un programme mariant le Cancionero de Palacio à Poulenc et aux compositeurs contemporains. C'est donc avec le sourire que public et participants quittèrent la Cité des Arts.

 

8 Les sens de la Voix 2015 Concert StephaneUngWebUn bilan unanime. Le lendemain du jour des concerts, stagiaires et formateurs se retrouvèrent une dernière fois pour un échauffement dirigé par Nicole Corti – une tradition dans ses masterclasses. Comme un résumé des enseignements de la semaine écoulée, les stagiaires purent voir dans cet échauffement tous les aspects de la direction qu'ils avaient abordé : le geste, remarquablement simple et beau, la gestion du chœur et de la voix, la transmission de l'émotion, le travail du son, de la phrase… et le rapport à la musique populaire. On s'étonna même à passer plus d'une heure et demie à chanter, outre la basse du Canon de Pachelbel, des airs comme Do ré mi, La Perdrix, ou Le vieux chalet comme on n'aurait jamais cru pouvoir chanter de façon aussi belle des chansons populaires du patrimoine ! « Les chansons traditionnelles sont la base. Toutes les formes musicales se retrouvent dedans », glissa Nicole Corti en guise de conclusion.
Stéphane Ung


 

B1 NC8 supervision de directionWebUn bilan positif au goût de « revenez-y »

 

Beaucoup de satisfactions... Le stage de direction chorale Les Sens de la Voix ne pouvait s’achever sans une réunion-bilan pour le clôturer. Les retours s’avérèrent très positifs et la richesse des ateliers fut soulignée, tout comme la qualité des formateurs et du Chœur Britten, lesquels avaient contribué à créer des « conditions musicales idéales », selon les mots des stagiaires. « Les enfants étaient supers, et j'ai vraiment découvert la dimension de la direction avec Pierre-Line Maire », déclara avec enthousiasme Germain, professeur de Dalcroze à l'École Sociale de Musique de Lausanne. Claire Coursault-Béguin, chef de chœur au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Blois, se dit très satisfaite « d'avoir entendu verbalisées des choses pensées profondément, comme la nécessité de faire de la musique à chaque instant, même sur une petite vocalise».

 

7 gérer le stressWeb… Comme faire le point sur ses pratiques. Claire Coursault-Béguin rajouta : « J'avais de grosses attentes en faisant cette masterclass, car cela faisait dix ans que je n'en avais plus fait. Et j'ai vraiment pu faire le point sur ma pratique. A présent, j'ai envie d'essayer toutes les nouvelles choses apprises, en les adaptant pour que ça me corresponde ». Même constat du côté des formateurs : « C'était très positif, nous avons guidé les élèves selon notre vision », déclara Anass Ismat, en charge du groupe Direction de chœur expérimenté. Chargé des cours de technique vocale, Jean-Christophe Henry ne cacha pas lui non plus sa satisfaction : « Pédagogiquement, je suis très content, nous assura-t-il. La motivation des stagiaires, l'énergie et la bienveillance de l'équipe étaient là ». Aussi, lorsque quelqu’un lui demanda s'il était prêt à renouveler l'expérience en 2016, il répondit immédiatement : « Oui ! ».

 

P2 WebDes regrets et des souhaits... Dense et intense, le stage laissa évidemment quelques regrets. Le premier fut formulé par les stagiaires du groupe travaillant avec les enfants : il y avait eu une séparation trop nette entre leur groupe et les groupes des chœurs adultes au sein du même stage. Les programmes étant totalement différents, sans aucune œuvre commune, les stagiaires du groupe des enfants n'avaient pas pu s'intégrer dans les répétitions tutti pour chanter, faute d'avoir abordé les partitions. D’autres regrettèrent que, malgré un contexte musical exceptionnel, extrêmement porteur et épanouissant, la masterclass ait donné le sentiment de n'avoir été pensée et travaillée « que pour le concert ». Les personnes qui étaient venues chercher des réponses précises, comme des données techniques spécifiques, n'avaient pas toujours eu l'occasion de les aborder, le répertoire attribué aux stagiaires ne comprenant pas forcément ces aspects.

 

B8 Choeur des stagiaires choeur BrittenWeb… Mais un contrat rempli. Ces stagiaires auraient préféré, à la place des concerts, des auditions moins formelles, qui auraient laissé plus de place à un travail personnalisé. Enfin, le nombre élevé de participants (10 par groupe) avait eu pour effet de limiter en temps et en nombre les passages au pupitre et certains stagiaires se dirent un peu « frustrés de ne pas avoir assez dirigé ». Mais l’objectif annoncé du stage était clairement de mettre les participants dans un contexte professionnel et ces aléas étaient indissociables de ce contexte. Aussi les participants, qu’ils soient formateurs comme stagiaires, ressortirent-ils pleinement satisfaits de leur semaine.
Stéphane Ung