AvantChœur.com

Le magazine en ligne du chant choral

1 ICYCC pic2 WebConcours International des jeunes chefs de chœur à Turin

Le triomphe de l’internationalisme et de la direction française

 

La 8ème édition du Concours international des Jeunes Chefs de chœur, organisée par Europa Cantat et hébergée à Turin du 28 au 31 mai 2015 par la Feniarco, a vu deux chefs français accéder en finale et triompher Mariana Delgadillo Espinoza, bolivienne formée et exerçant en France. Une performance de bon augure pour l’avenir du chant choral français.

 

Dix-huit jeunes chefs de chœur en quête de reconnaissance. Du 28 au 31 mai 2015, le Théâtre Victoria et le Conservatoire Verdi à Turin accueillirent les épreuves de la huitième édition du Concours international des jeunes chefs de chœur. Cette année, 18 coryphées se sont présentés à la Fédération Nationale des associations chorales régionales italiennes (Feniarco), laquelle avait en charge l'organisation du concours. Cette compétition est une vitrine formidable et très exigeante pour les jeunes musiciens. Toutes les épreuves, qu'elles soient préliminaires, demi-finales ou finales, testent les capacités des candidats dans une large palette de styles et avec différents ensembles professionnels et amateurs. De fait, lors des demi-finales et des finales, les candidats ont dû préparer et diriger des choeurs mixtes, féminins et de jeunes. Ils ont ainsi conduit le Chœur de chambre de Turin, de Dario Tabbia; l'Ensemble La Rose; de Jose Borgo; le Choeur Maghini, de Claudio Chiavazza et le Choeur national des Jeunes, que dirigent conjointement Gary Graden et Roberta Paraninfo.

 

2 ICYCC pic1 Web direction choraleDe la Renaissance au 20e siècle, un défi d'excellences. Enfin, les finalistes ont eu le plaisir de diriger le chœur professionnel Zürcher Sing-Akademie, d'Andreas Felber. Le programme représentait également un défi par sa richesse et sa variété, puisqu'il portait sur les polyphonies sacrées et profanes ibérique, italienne, française et flamande de la Renaissance et de l'époque contemporaine. Enfin, toutes les épreuves étant ouvertes au public, cela ajoutait un facteur de stress supplémentaire à la prestation des jeunes chefs. Pour cette épreuve de haut niveau, la Fédération Nationale des associations chorales régionales italiennes Feniarco avait donc accueilli 18 jeunes musiciens, provenant de quinze pays différents: Italie, France, Israël, Bolivie, Slovénie, Espagne, Lettonie, Finlande, Hongrie, Brésil, Bulgarie, Danemark, Croatie, Estonie et Lituanie. Ils furent jugés par un jury tout aussi international, puiqu'il était composé de sept chefs et compositeurs renommés dans le monde choral: Javier Busto (Pays Basque-Espagne), Nicole Corti (France), Maria van Nieukerken (Pays-Bas), Zoltán Pad (Hongrie), Robert Sund (Suède), Paolo Da Col et Lorenzo Donati (Italie). Avant que les candidats ne se lancent dans la compétition, la chef française Maud Hamon-Loisance leur donna une session didactique.

 

3 ICYCC MarianaDelgadilloEspinoza 1 WebLa prime à l'internationalisme et à l'expérience. A l'issue des épreuves préliminaires et des demi-finales, deux chefs de choeur de formation française: Gabriel Bourgoin? et Mariana Delgadillo Espinoza, accédèrent à la finale du Concours international. Si la jeune chef de choeur a pour particularité d'être bolivienne, elle vit et travaille en France, où elle a étudié et chanté à Nantes sous la direction de Valérie Fayet. Elle a aussi dirigé beaucoup de choeurs amateurs en Pays de la Loire, en Bretagne, en Rhône-Alpes et en Île de France. Mais après ses études au Conservatoire Supérieur National de Musique et de Danse de Lyon, avec Nicole Corti, elle a commencé à diriger des choeurs professionnels. Aujourd'hui, elle est l'une des chefs du Jeune Choeur Symphonique et elle travaille à la Maitrise de la Cathédrale Saint Jean de Lyon. Parallèlement, elle a fondé son propre ensemble: Alkymia, qui mêle musique ancienne et création contemporaine. Autant d'expériences qui, au final, lui permirent de remporter le premier prix, devant le chef hongrois Zoltan Kocsis-Holper et l’Italienne Petra Grassi. La compétition comprenant également plusieurs prix spéciaux, Mariana Delgadillo Espinoza obtint aussi le prix de la meilleure direction d’une oeuvre de musique ancienne pour l'«Adoramus Te, Christe« à six voix, de Claudio Monteverdi. De leur côté, Rahela Duric (Slovénie) remporta le prix Noël Minet ; Valter Soosalu? (Estonie) reçut le prix Europa Cantat. Le prix pour la meilleure direction d'une oeuvre écrite par un compositeur italien fut décerné à Zoltan Kocsis-Holper (Hongrie), pour l'oeuvre Canto n°1 de Ermanno Wolf-Ferrari, et le prix du public revint à Petra Grassi.
Rossana Paliaga 

4 Bourgoin WebLa compétition

 

Le Concours international pour jeunes chefs de chœur est une compétition biennale, organisée sous l'égide de Europa Cantat et ouverte aux chefs de choeur de moins de 35 ans parmi les plus prometteurs de la scène internationale. Depuis 2001, les pays qui ont accueilli et organisé l'évenément ont été la Hongrie (trois fois), l'Estonie, l'Autriche, la Slovénie et la Russie. En 2015, les jeunes chefs se sont rencontrés pour la première fois en Italie, à Turin. Le concours a été coordonné et realisé par la FENIARCO (Fédération Nationale des associations chorales régionales italiennes), en collaboration avec l'ACP (Association des Chorales du Piémont) et la CEA-CE (European Choral Association-Europa Cantat).

 


5 MarianaDelgadilo dirigeant WebMariana Delgadillo Espinoza

Une compétitrice dans l’âme

 

Le chef est toujours responsable du niveau d’un ensemble, estime Mariana Delgadillo Espinoza, et c'est pourquoi elle a décidé de se donner un défi et de participer au Concours International de direction de choeur. 

 

Avantchoeur.com: Pourquoi avez-vous participé à ce concours ?
Mariana Delgadillo Espinoza: Je voulais me mesurer aux autres jeunes chefs européens, découvrir d’autres manières de diriger. Je pense que les chefs de choeur doivent, tout comme les instrumentistes, personnaliser leur métier en travaillant continuellement, en cherchant à se tenir au courant de l’actualité du monde musical, avec discipline, curiosité, enthousiasme et un optimisme constant. J'aime les compétitions entre choeurs, mais je pense qu’un concours de direction met plus en valeur le savoir-faire, la technique et la capacité d’adaptation du chef lorsqu'il a affaire à différents choeurs. Il montre la palette des répertoires qu’on sait maîtriser.

 

8 ICYCC finalisti 2 WebACC: Que vous a dit le jury?  
MDE: Le jury m’a dit que l’élément qui m'a fait gagner était que j'avais une idée musicale très précise, une transmission naturelle en même temps que riche et personnelle. C'est vrai que, pendant les épreuves, j’ai réussi à me libérer de tout jugement envers moi-même, ce qui m’a permis d’être constamment connecté avec les chanteurs et de créer avec eux un lien riche en expression et même en émotion. Mais tous les concurrents étaient d’un niveau technique très élevé et tous étaient très bien préparés. Ce qui a fait la différence est le fait que je me suis plongée tout de suite dans 
l’interprétation stylistique des différentes pièces et que je me suis concentrée sur une réalisation musicale avec un caractère très défini et authentique.

 

7 Ensemble Alkymia XIV 1 683x1024 WebACC: Quelle épreuve a été la plus difficile et pourquoi?
MDE: L’épreuve la plus difficile à été bien évidemment la finale. Les six finalistes étaient d’un très bon niveau et nous nous étions déjà beaucoup donnés dans les épreuves éliminatoires et semi-finales. Du coup, j’ai beaucoup réfléchi à ce qu’il fallait que je montre »en plus« ou de »différent« dans cette épreuve. Personnellement, le fait d’avoir franchi le pas de la confiance en moi-même à été le facteur le plus marquant.
 
ACC: Le concours teste la capacité du directeur de choeur dans différentes conditions et aptitudes.  
MDE: Je pense que la formule de tester les directeurs sur différentes formules organiques et stylistiques est extrêmement importante et intéressante. Aujourd’hui, nous sommes amenés, en tant que jeunes chefs de choeur, à diriger des ensembles et des chœurs de toutes tailles, tous styles, tous statuts (professionnel/amateur) et même de tous âges. Il est donc très important, pour juger dans son intégralité un bon chef de chœur, de le voir dans ces différentes situations.  
Propos recueillis par Rossana Paliaga